Retour

Guide alimentaire canadien : les producteurs bovins sont inquiets

L'industrie bovine de l'Alberta est en désaccord avec les recommandations faites en vue de la nouvelle version du Guide alimentaire canadien. Les commentaires du public, recueillis depuis l'automne 2016, démontrent que les Canadiens veulent désormais se tourner vers une diète moins riche en protéines animales.

Un texte de Camille Martel

Santé Canada veut réduire la portion recommandée de viande et de protéines animales, comme les produits laitiers.

« Le fait qu'on favorise les protéines végétales plutôt que les protéines animales nous inquiète profondément », s'indigne Tom Lynch-Staunton, responsable des relations gouvernementales à l'Association des producteurs de boeuf de l'Alberta.

L'agence fédérale justifie ses nouvelles recommandations en disant que la consommation de viande et de produits laitiers peut causer des problèmes de santé tout en étant défavorable d'un point de vue environnemental.

Or, les études associant la consommation de viande à des maladies telles que le cancer sont plutôt liées à l'industrie de la viande transformée et non à celle qui produit de la viande fraîche, précise Ellen Goddard, professeur au Département d'agriculture de l'Université de l'Alberta.

« En ce qui concerne l'impact environnemental, la communauté scientifique est divisée sur le sujet, notamment en Alberta », ajoute Ellen Goddard, en expliquant que, bien que les bovins soient responsables d'importantes émissions de gaz à effet de serre, leur présence dans les Prairies canadiennes est aussi positive pour l'environnement immédiat.

Les gras saturés, bons ou mauvais

Santé Canada fonde ses nouvelles recommandations sur le fait que les gras saturés sont mauvais pour la santé. C'est pourquoi le ministère veut inciter les Canadiens à éviter les graisses animales, qui en contiennent beaucoup.

Toutefois, selon Tom Lynch-Staunton, l'effet négatif des gras saturés n'est pas prouvé, car les plus récentes études prouvent plutôt le contraire, dit-il.

De son côté, Ellen Goddard dit que les études portant sur la question sont encore divisées : « Certaines études montrent qu'ils peuvent être bénéfiques, et d'autres, non. »

Santé Canada consultera le public jusqu'à lundi prochain et publiera son nouveau guide en janvier 2018.

Plus d'articles

Commentaires