Retour

Guy Nantel en rajoute dans le débat sur la liberté d'expression

Quelques mois après le coup d'éclat des humoristes au Gala Les Olivier, Guy Nantel ajoute son grain de sel au débat sur la liberté d'expression. Dans son nouveau spectacle, Nos droits et libertés, il nous rappelle que la « liberté d'expression, comme le mauvais goût, est sujette à interprétation ».

Après une année marquée par l'affaire Jérémy Gabriel, Guy Nantel a dévoilé, lundi, les détails de son prochain spectacle solo, dans lequel il s’interroge sur les limites de la liberté d’expression, un thème qui a fait couler beaucoup d'encre au cours des derniers mois.

« On a beaucoup parlé de la liberté d’expression [...]. Le sujet provoque et ne laisse personne indifférent, car ce droit définit le cadre de notre société, a-t-il lancé en conférence de presse. D’un côté, il y a Charlie Hebdo : on exige une liberté d’expression quasi illimitée contre la censure des rétrogrades religieux, mais de l’autre côté, on traîne un humoriste en cour lorsque ses références jouent sur les cordes sensibles des Québécois. »

Dans son dernier spectacle, Corrompu, Guy Nantel jetait son dévolu sur les scandales politiques, les conspirations et la collusion. Avec Nos droits et libertés, l’humoriste politisé s’attaque cette fois aux revendications religieuses, aux nouveaux arrivants, aux Femen et aux pitbulls.

Il promet d’écorcher tous les groupes de la population sans exception.

Le droit le plus fondamental à l’égalité dans une société, c’est d’avoir des humoristes qui font des blagues sur vous! Le jour où l’on arrêtera de se moquer sous prétexte que vous êtes trop faibles, nous serons une société méprisante qui masque son dédain dans la fausse gentillesse et la rectitude politique.

Guy Nantel

Rappelons que lors du plus récent Gala Les Olivier, le numéro conjoint de Guy Nantel et Mike Ward sur le thème de la liberté d'expression avait été retiré par l'Association des professionnels de l'industrie de l'humour.

Les internautes pourront d’ailleurs compter sur de nouvelles vidéos, à venir sur le web. L’humoriste est bien connu pour montrer les travers de notre société par l’entremise de ses vox pop décapants.

Une visite à la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse

Avec l’humour incisif qu’on lui connaît, Guy Nantel a également expliqué, lundi, qu'il s'attend à recevoir une attention particulière de la part de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ). Il s’est d’ailleurs adressé à elle pour connaître les limites qu’il ne pouvait franchir dans son nouveau spectacle.

« On a communiqué à trois reprises pour rencontrer les fonctionnaires de la CDPDJ pour qu'ils répondent à une seule question simple : quelles sont les limites que je dois respecter pour les contenus de mon prochain spectacle? Les trois fois, ils ont refusé catégoriquement de me rencontrer. »

La Commission, par l'entremise de l'une de ses représentantes, a tenu à rappeler « qu’elle ne pouvait s’associer à des activités de nature commerciale et ne pouvait donc participer à ce projet » et que lors de la visite de l'humoriste, le 25 novembre, aucun porte-parole n'était disponible à ce moment.

Le ton est donné.

Le spectacle Nos droits et libertés sera présenté à compter de l’été prochain à Magog. Il prendra ensuite la route pour une tournée au Québec.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine