Des centaines de demandeurs d'asile haïtiens ont pris à la lettre le message du premier ministre Justin Trudeau, le 28 janvier dernier, sur Twitter. Certains, qui ont tenté d'entrer au Canada par les voies officielles, ont été refoulés aux États-Unis, où leur situation irrégulière leur a valu des ennuis.

Un texte de Catherine Kovacs

Le message de Justin Trudeau indiquait que ceux qui fuient la persécution, la terreur et la guerre sont bienvenus au Canada. La majorité de ces demandeurs d'asile sont passés de façon irrégulière par le chemin Roxham en Montérégie, en provenance des États-Unis.

Mais il se trouve que d'autres demandeurs d'asile ont voulu passer par les voies officielles. C'est le cas de Sheila Prévost.

Partie des États-Unis, elle a voulu traverser la frontière au poste de Prescott, en Ontario, le 24 juillet dernier. Elle a réclamé le statut de réfugié, qui lui a été refusé en vertu de l'accord sur les tiers pays sûrs.

Mme Prévost a été refoulée aux États-Unis, où les autorités américaines ont constaté que son visa de séjour était expiré. On l'a immédiatement envoyée en prison.

Depuis le 25 juillet, elle est détenue au Clinton County Jail, à Plattsburgh, dans l'État de New York. Onze autres Haïtiens s'y trouvent également, ayant enfreint la loi américaine sur l'immigration.

Sheila Prévost venait rejoindre son ami d'enfance qui vit à Ottawa, mais il ne peut rien faire pour elle, n'étant pas de la famille.

Selon l'avocat spécialisé en Immigration Stéphane Handfield, c'est l'expulsion qui l'attend.

« Elle n'a aucun statut aux États-Unis », précise-t-il. Par contre, contrairement au Canada, les immigrants qui ont enfreint la loi aux États-Unis sont envoyés en prison et se retrouvent avec des criminels de droit commun. « Ça fait des années que c'est dénoncé aux États-Unis par des défenseurs des droits de l'homme », ajoute-t-il.

Nadège Jean-Mardy, directrice générale de l'organisme Action d'entraide multifonctionnelle du Canada (ADEM) à Montréal, sert d'interprète auprès des avocats américains. Elle s'est rendue à la prison de Plattsburgh à plusieurs reprises pour soutenir moralement ces détenus. Ils lui ont d'ailleurs confié que, s'ils avaient su, ils seraient passer par le chemin Roxham.

Selon l'avocat américain Nicholas Phillips, de l'organisme Prisoner's Legal Services, qui offre des services juridiques aux prisonniers sans ressources, il y aurait 200 immigrants détenus dans les prisons de l'État de New York seulement. Et leur attente sera longue pour passer devant un juge, parce que les dossiers s'accumulent.

Suspendre l'entente, réclame le PQ

Pour Carole Poirier, la whip de l'opposition officielle et porte-parole du Parti québécois en matière d’immigration et de communautés culturelles, la situation actuelle démontre clairement l'échec de l'entente des tiers pays sûrs. « Avec un contexte comme celui-là, ce qu'on favorise c'est de passer de façon irrégulière, ce qui n'est pas conforme » constate Carole Poirier.

Pour la députée péquiste, la suspension de l'entente ferait en sorte que les demandes d'asile seraient reçues à la frontière ou dans les bureaux de consulat à Washington ou ailleurs aux États-Unis.

« À ce moment-là, ces gens-là ne seraient pas refoulés par les douaniers américains et ne seraient pas mis en prison. On les traite comme des criminels dans des prisons où les conditions sanitaires ne sont pas du tout acceptables », déplore Mme Poirier.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine