Retour

Harvey perturbe l'industrie pétrolière du Texas

Le prix du pétrole brut a légèrement augmenté vendredi à la bourse de New York, en raison de la progression de l'ouragan Harvey, qui pourrait être le pire à frapper les États-Unis depuis plus d'une décennie. Le prix de l'essence à la pompe risque fort de connaître le même sort.

Selon le département américain de l’Énergie, 45 % de la capacité de raffinage des États-Unis se trouve le long de la côte du golfe du Mexique, entre Corpus Christi, Texas et Lake Charles, en Louisiane, et environ 17 % de la production américaine de pétrole est extraite grâce à des plateformes situées dans le golfe.

Selon les derniers chiffres publiés jeudi par le département de l’Intérieur, 39 des 737 plateformes pétrolières habitées du golfe, dont certaines appartenant à Shell et ExxonMobil ont d’ores et déjà été évacuées, réduisant de 9,5 %, ou de plus de 167 000 barils, la production dans la région.

La production de gaz naturel est pour sa part amputée de 14,7 %.

Les dernières prévisions du Centre national des ouragans (NHC) laissent cependant croire que la majorité des plateformes pétrolières du golfe seront épargnées par l'ouragan. Les craintes de l’industrie portent plutôt sur les raffineries, situées le long de la côte, qui pourraient être inondées ou privées de courant.

Certaines raffineries de Corpus Christi, où Harvey devrait toucher terre dans la nuit de vendredi à samedi, ont déjà choisi de cesser leurs opérations à titre préventif. Le port de la ville, qui accueille des navires-citernes, a également été fermé.

« Les plateformes pétrolières situées au large sont faites pour résister à ce type de tempête », affirme le professeur de l’Université de Houston, spécialisé dans les questions énergétiques, Ed Hirs. « Tant que le personnel suit les protocoles de sécurité et les procédures, il ne risque pas de se produire grand-chose », a-t-il expliqué au Houston Press.

Les raffineries de la côte sont également faites pour résister aux tempêtes du genre, indique le directeur de l’Institute for Regional Forecasting du Bauer College of Business de l’Université de Houston, Bill Gilmer. Mais des inondations pourraient causer d'importants dommages.

« Ces sites sont construits avec d’importants systèmes de tuyauterie montés sur d’énormes dalles de béton. Il est improbable qu’une tempête […] puisse les endommager », a-t-il souligné au même journal. « Mais si l’eau entre dans ces systèmes, ça va être difficile. Ça peut prendre beaucoup de temps à réparer, et beaucoup d’argent est perdu pendant ce temps. »

« Une fois arrêtée, une raffinerie peut mettre jusqu'à sept jours pour revenir à une activité normale », souligne James Williams de la firme de consultants WTRG Economics. Cela retarde non seulement le traitement du pétrole brut, mais aussi l'arrivée des navires-citernes qui naviguent dans le Golfe.

Andy Lipow, de la firme de consultants Lipow Oil Associates, basée à Houston, est du même avis. « L’impact le plus important de cette tempête sera la réduction des importations de pétrole brut sur la côte du Texas », a-t-il expliqué au Financial Times. Le prix de l’essence à la pompe, dit-il, pourrait grimper de 5 à 10 cents le gallon (de 1 à 2 cents le litre).

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une crampe musculaire vraiment intense





Rabais de la semaine