Retour

Hausse alarmante du taux d’hospitalisations liées à une surdose d’opioïdes

Selon l’étude, une douzaine de Canadiens sont hospitalisés, chaque jour, pour une surdose d’opiacés, des médicaments utilisés habituellement pour soulager la douleur.

Les raisons qui expliquent les intoxications aux opioïdes varient d’un groupe d’âge à l’autre. Chez les personnes âgées, les données démontrent que la plupart des empoisonnements sont accidentels, alors qu’il s’agit d’un geste intentionnel chez les 15 à 24 ans.

Sur mobile, voir l'infographie en détail

« Il y a de plus en plus d’opioïdes qui sont prescrits globalement au Canada. Et l'accès à ces drogues de façon illicite, à partir du marché noir, est également un phénomène en expansion », explique le porte-parole de l’Institut canadien d’information sur la santé, Claude Lemay.

« Nous devons attaquer ce fléau à la racine », soutient le Dr Jürgen Rehm, directeur de l’Institut de recherche sur les politiques de santé mentale.

Il nous faut une réglementation stricte qui établira un nombre restreint de médecins autorisés à prescrire des médicaments opioïdes.

Dr Jürgen Rehm, directeur de l’Institut de recherche sur les politiques de santé mentale

Situation grave au Canada

Le Canada est le deuxième pays après les États-Unis à faire un usage excessif de médicaments opiacés dans son système de santé, selon Dr Rehm.

« Cette pratique abusive a engendré un phénomène alarmant où plusieurs personnes qui ont fait usage d’opioïdes sur ordonnance sont devenues dépendantes. Ce ne sont plus les toxicomanes qui abusent des opioïdes », signale-t-il.

Les personnes âgées les plus hospitalisées

En effet, au cours des huit dernières années, les personnes âgées sont celles qui sont le plus souvent hospitalisées pour une intoxication accidentelle aux opioïdes.

Les intoxications aux médicaments opiacés entraînement sept visites par jour au service des urgences en Ontario. Ce taux a augmenté de façon spectaculaire (22 %) de 2010 à 2015.

Un pourcentage qui est sous-estimé dû au manque de données sur les surdoses non traitées à l’hôpital.

Plus d'articles