Retour

Hausse du nombre de crimes haineux au Canada en 2015

Le nombre de crimes considérés comme haineux par les autorités canadiennes a augmenté de 5 % au pays en 2015, révèle Statistique Canada. Si les crimes haineux contre les Noirs et les juifs sont toujours les plus nombreux, ceux perpétrés contre les musulmans et les Arabes ont augmenté de façon importante, souligne l'agence fédérale.

Selon les données compilées en 2015 par les corps de police du Canada, 1362 affaires criminelles avaient pour motif la haine d’un groupe ou d’une communauté en particulier, soit 67 de plus qu’en 2014.

D’après le Code criminel, un crime haineux désigne « des affaires criminelles dont une enquête policière permet de déterminer qu'elles sont motivées par la haine d'un groupe identifiable ».

Il est question ici de race, de couleur, d'origine nationale ou d'appartenance ethnique, de religion, d'orientation sexuelle, de langue, de sexe, d'âge, d'incapacité mentale ou physique, ou d'autres facteurs.

L'encouragement au génocide, l'incitation publique à la haine, la fomentation volontaire de la haine et le méfait à l'égard des biens religieux sont également considérés comme des infractions de propagande haineuse.

Près de la moitié des crimes haineux sont racistes

Au Canada, 48 % des crimes haineux commis en 2015 étaient de nature raciale. Selon les données de Statistique Canada, les crimes haineux commis pour des motifs raciaux ont globalement augmenté de 5 % en 2015 par rapport à l’année précédente.

Les communautés ethniques les plus visées ont été les Noirs, dans une proportion de 17 %, suivis des Arabes (7 %), des Asiatiques de l’Est (4 %), des Asiatiques du Sud (4 %), des Autochtones et des Blancs (3 % chacun).

La religion, deuxième source des crimes haineux

Les affaires motivées par la haine d’une religion ou d’un groupe religieux représentaient 35 % des crimes haineux répertoriés au pays en 2015.

En 2015, la police a répertorié 469 affaires dans lesquelles la haine d’une religion ou d’un groupe religieux était en cause, soit 40 de plus qu’en 2014.

Les musulmans ont été plus particulièrement ciblés au cours de cette période, selon les données de Statistique Canada qui révèlent une augmentation de 61 % des crimes considérés comme haineux contre cette communauté.

Ainsi, en 2015, 159 affaires visant des musulmans au pays ont été répertoriées, contre 99 en 2014.

Il est à noter que la fusillade à la mosquée de Québec, survenue en janvier 2017, qui avait fait six morts, n’est pas répertoriée dans ces statistiques.

Inversement, le nombre de crimes haineux perpétrés contre la communauté juive est passé de 213 en 2014 à 178 en 2015.

En dépit de cette baisse, les crimes haineux contre la communauté juive étaient toujours les plus nombreux au pays en 2015 avec 13 % des affaires, suivi, donc, de la communauté musulmane qui a été la cible de 12 % des crimes haineux contre 4 % pour les catholiques et 3 % pour l’ensemble des autres religions.

Les femmes, premières victimes de crimes haineux à motif religieux

Après les motifs raciaux et religieux, ce sont les crimes haineux contre les femmes et les minorités sexuelles qui retiennent l’attention.

« Les femmes étaient plus susceptibles d'être victimes de crimes ciblant une religion, et la présence de victimes de sexe féminin dans les affaires de crimes violents motivés par la haine d'une religion s'est accentuée en 2015 », écrit Statistique Canada.

Moins de crimes haineux contre l’orientation sexuelle, mais plus de violence

Fait à noter, les crimes commis au pays en raison de l’orientation sexuelle ont reculé en 2015.

Le nombre de crimes motivés par la haine d'une orientation sexuelle a ainsi diminué de 9 % en 2015 pour passer de 155 affaires en 2014 à 141 en 2015, souligne Statistique Canada.

Ce type de crime représentait tout de même 11 % du total des crimes haineux déclarés par la police en 2015.

Cependant, s’ils ont été moins nombreux en 2015, ces crimes demeurent les plus violents.

Près de 60 % de ces crimes étaient violents et 42 % des victimes ont rapporté des blessures, révèlent les données.

À titre de comparaison, 29 % des victimes de crimes liés à la race ont subi des blessures contre 12 % pour les victimes de crimes liés à la religion.

Fait à noter, 47 % des victimes de crimes haineux liés à l’orientation sexuelle ont rapporté que leur agresseur était une connaissance ou un membre de leur famille.

Les crimes haineux en hausse dans 8 provinces sur 10

Si on les répartit en fonction de la province où ils ont été commis, les crimes haineux ont augmenté dans huit provinces en 2015. C’est en Alberta qu’ils ont le plus augmenté (+13 %) où on a répertorié 193 crimes haineux en 2015 par rapport à 139 en 2014, soit une augmentation de 39 %.

« De 2014 à 2015, les crimes haineux contre la population musulmane déclarés par la police ont augmenté dans toutes les provinces sauf à Terre-Neuve-et-Labrador, à l'Île-du-Prince-Édouard, en Saskatchewan et au Manitoba, où le nombre de ces affaires est demeuré pratiquement inchangé », écrit l’agence dans son rapport.

Toutefois, l’Ontario, qui récoltait auparavant près de la moitié des crimes haineux au Canada, a vu le nombre de ces crimes baisser de 5 % au cours de la période, souligne Statistique Canada. Cette baisse serait principalement due à un recul des crimes rapportés contre la religion juive et la communauté noire.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine