Dès les premières minutes du débat, la virulence des attaques de Donald Trump contre Hillary Clinton sur la question du libre-échange laissait présager une longue et difficile soirée pour l'ex-secrétaire d'État. Mais la guerrière en elle a rapidement repris le dessus en esquivant et en répliquant habilement à son adversaire, tel un boxeur d'expérience.

Christian Latreille

  Une analyse de Christian Latreille

Les Américains n'aiment pas beaucoup le côté froid d'Hillary Clinton, et ce réflexe qu'elle a de se refermer sur elle-même lorsque les choses vont mal.

Ironiquement, lundi soir, tous ses travers lui ont été d'un grand secours. Lorsqu'en ouverture de débat elle a serré la main de son adversaire, le gant de velours allait rapidement se transformer en poigne de fer.

Ce sont ses 25 années d'expérience ponctuées de défaites, de critiques et d'humiliations publiques qui lui ont permis d'encaisser les coups portés par Donald Trump.

Oui, Hillary Clinton a été frappée, lundi soir, et très durement. Son adversaire l'a interrompue plus de 25 fois dans la première demi-heure du débat. Le ton agressif de Trump et sa capacité de répliquer par de courtes phrases assassines ont sonné Clinton à quelques reprises.

Mais ce que les Américains ont vu, sur le campus de l'Université Hofstra, à Hempstead, dans l'État de New York, c'est une femme qui a de la maturité, de l'expérience et la capacité de prendre les coups.

Et lorsque vous aspirez à devenir présidente des États-Unis, vous devez être en mesure d'accepter la critique.

Hillary Clinton remporte l'épreuve

Un débat en face à face en politique, cela ressemble beaucoup à un concours de personnalité. Lundi, les Américains ont pu observer dans les moindres détails, pendant 90 minutes, les regards, la façon de bouger, les intonations, le dit et le non-dit de ces deux candidats qui souhaitent occuper un jour la Maison-Blanche.

Hillary Clinton a remporté cette épreuve.

Oui, le libre-échange, la sécurité nationale, l'économie et les relations internationales sont des sujets que les candidats doivent maîtriser. Mais, avant tout, un futur président doit, dans la mesure du possible, faire preuve d'un très grand contrôle de soi.

Hillary Clinton était, hier soir, clairement l'adulte sur la scène.

Il est intéressant de constater que les pires défauts de l'ex-secrétaire d'État ont été ses meilleurs alliés dans ces échanges les plus virils avec Donald Trump.

Cette carapace qu'elle s'est forgée, au fil du temps, et qu'on lui reproche tant, lui a permis de se montrer à la hauteur du poste qu'elle convoite. Une femme d'État, dans un monde d'hommes, doit savoir s'imposer, mais surtout ne pas s'en laisser imposer.

La présidentielle américaine 2016 - notre section spéciale

Trump déstabilisé

En contrepartie, tout le langage corporel du candidat républicain transpirait l'agressivité et l'impulsivité.

Lorsque vous aspirez à contrôler l'arsenal nucléaire le plus puissant au monde, l'impatience n'est pas un atout. Trump a démontré qu'il a de la difficulté à assumer la critique. À plusieurs reprises, on a pu le voir grimacer et bouger nerveusement derrière son lutrin.

Les attaques d'Hillary Clinton concernant ses déclarations disgracieuses envers les femmes et son refus de rendre publique sa déclaration de revenus l'ont particulièrement irrité et déstabilisé.

Il est aussi étonnant de constater que Donald Trump a raté l'occasion de marquer des points contre Hillary Clinton sur des sujets qu'il exploite pourtant tous les jours en campagne. Aucune référence à l'attentat à Benghazi, en Libye, ou quatre Américains, dont l'ambassadeur, ont été tués lorsque Mme Clinton était la chef de la diplomatie américaine.

Rien non plus sur la fondation Clinton, à qui l'on reproche d'avoir accepté des dons en échange d'un accès politique.

Et enfin, pas un mot sur le fameux « Basket of deplorables », expression utilisée par la démocrate pour qualifier certains partisans de Trump de pitoyables.

La performance d'Hillary Clinton n'est certes pas sans failles, mais elle a gagné ce concours de personnalité contre Donald Trump. De son propre aveu, elle s'était préparée pour ce débat, et sa performance témoignait de cette préparation.

Mme Clinton sait très bien que le chemin vers la présidence est long, incertain et semé d'embûches. Donald Trump est un adversaire redoutable et parfois sans pitié.

Mme Clinton a cependant montré aux Américains qu'elle était une guerrière capable de donner des coups, mais aussi d'en recevoir avec un sourire en coin.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Toute la vérité sur la Vierge





Concours!



Rabais de la semaine