Retour

Hôtel Pur de Québec : 125 employés en lock-out

C'est l'impasse dans les négociations à l'hôtel Pur de Québec: la direction de l'établissement a décrété vendredi soir un lock-out pour faire débloquer les pourparlers avec la CSN, qui représente les 125 employés de l'établissement.

Le président du Syndicat des employés de l'Hôtel Pur, Richard Watters, qualifie d'« inacceptable » l'offre patronale présentée jeudi par la direction.

« On demande d'augmenter les charges de travail des préposés aux chambres. Il y a des reculs au niveau des statuts d'employés » dénonce M. Watters.

La direction offre aux employés une convention collective d'une durée de cinq ans avec des augmentations de 2 % les 1re et 2e années, de 3 % les 3e et 4e années et finalement de 4 % la 5e année.

L'hôtel Pur, situé dans le quartier Saint-Roch, aurait beaucoup de difficulté à trouver le chemin de la rentabilité, selon la direction. L'acceptation de cette offre permettrait des investissements d'au moins 5 millions de dollars dans les deux premières années de la convention collective pour rénover l'hôtel et assurer sa pérennité.

Si le syndicat refuse cette offre, ces investissements ne seront pas possibles, conclut la direction, qui accuse le syndicat de demeurer inflexible sur ses demandes.

La porte-parole de l'hôtel Pur, Nathalie Vallée, explique que si les employés n'acceptent pas cette proposition, l'hôtel Pur aurait beaucoup de difficulté à trouver le chemin de la rentabilité.

« L'enjeu actuel, c'est la survie de l'hôtel. Le syndicat ne semble pas comprendre cet enjeu qui ne semble pas avoir relaté cette information-là à ses membres », soutient-elle.

Le syndicat des employés rétorquent que leurs demandes doivent être entendues malgré la situation financière précaire de l'hôtel.

Jeudi, les employés ont rejeté à 86 % l'offre patronale. Ils estiment que l'employeur veut les forcer à accepter cette offre. Les deux partis négocient depuis le mois de juin.

Le syndicat a convoqué ses membres à une assemblée générale dimanche afin d'obtenir un mandat de grève générale illimitée.

Durant le lock-out, les employés-cadres de l'hôtel assurent le service à la clientèle.

Plus d'articles