Retour

Huit ans de prison pour l'homme qui a filmé Rob Ford fumant du crack

Mohamed Siad a été condamné à huit années de prison en Cour supérieure après avoir plaidé coupable hier à cinq accusations de conspiration et de trafic de drogue et d'armes à feu.

Un texte de Jean-Philippe Nadeau

Le Torontois de 29 ans est devenu célèbre en filmant l'ex-maire Rob Ford en train de fumer du crack. Il ne faisait toutefois face à aucune accusation à ce sujet et M.  Ford n'a jamais été accusé de quoi que ce soit dans cette affaire.

Des conversations téléphoniques sous écoute ont permis de surprendre Mohamed Siad en train de marchander de la drogue et des armes de poing avec des acheteurs potentiels de Toronto et de Windsor au printemps 2013. La Couronne exigeait une peine de 10 ans et la défense, de 7 ans.

En plaidant coupable, il a admis en cour qu'il appartenait au gang criminel Dixon City Blood, qui a été la cible de la police lors de l'opération Traveller. Il avait été arrêté le 13 juin de la même année lors d'un raid policier qui avait permis de mettre la main sur la désormais célèbre vidéo.

Mohamed Siad a exprimé des remords devant sa famille en plus d'offrir des excuses à la cour. Dans sa sentence, le juge McMahon affirme néanmoins qu'il faut envoyer un message clair dans la société selon lequel le trafic et la circulation d'armes semi-automatiques mortelles sont inacceptables et doivent être sévèrement punis.

Le trafiquant est en prison depuis son arrestation il y a plus de deux ans. En vertu du temps qu'il a passé en détention, il ne lui restera plus que 4 ans et 10 mois à purger dans un pénitencier.

Le lien avec la vidéo du crack

Dans des documents de cour, Siad affirme qu'il a lui-même filmé l'enregistrement avec son téléphone cellulaire à l'insu du maire et qu'il l'a montré ensuite à des journalistes du Toronto Star et du site Gawker au printemps de la même année.

Dans l'une des vidéos saisies par la police, on entend Mohamed Siad expliquer la façon dont il s'y prend pour filmer les gens sans qu'ils s'en rendent compte. Il explique qu'il suffit de prétexter qu'on joue avec son cellulaire ou qu'on le manipule pour y fixer quelque chose. Dans son interrogatoire au poste de police, il ajoute que de cette façon, « on peut surprendre un maire en train de fumer du crack ».

La vidéo compromettante de l'ancien maire fait l'objet d'un autre procès : celui d'Alessandro Lisi, l'ami et le chauffeur occasionnel de M. Ford à l'époque. Lisi est accusé d'extorsion, parce qu'il aurait tenté de monnayer l'enregistrement auprès de deux individus, dont Mohamed Siad.

L'une des accusations concernant l'extorsion impliquant Siad a toutefois été abandonnée. Lisi ne fait plus face qu'à une seule accusation d'extorsion touchant le second individu, Liban Siyad. Son procès devrait avoir lieu au plus tôt à la fin de l'année ou au début de l'année prochaine. Siyad est lui aussi en train d'attendre que la justice statue sur son sort depuis qu'il a été arrêté en 2013.

Rob Ford a nié durant six mois qu'il avait fumé du crack avant de finalement passer aux aveux le 5 novembre 2013 après un tapage médiatique à l'hôtel de ville.

 

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


10 domaines où les robots sont indispensables





Rabais de la semaine