Retour

Huit courses à surveiller dans les arrondissements de Montréal

La campagne électorale en vue des élections municipales du 5 novembre prochain est officiellement lancée à Montréal. Si l'attention des médias risque encore une fois d'être tournée vers la course à la mairie au cours des six prochaines semaines, c'est dans les arrondissements que l'on risque de retrouver les courses les plus enlevantes. Survol des secteurs à surveiller.

Un texte de Jérôme Labbé

Bien malin celui qui peut prédire qui remplacera Pierre Gagnier comme maire d'Ahuntsic-Cartierville. Le doyen du conseil municipal tire sa révérence après avoir dirigé l'arrondissement pendant huit ans, d'abord pour Projet Montréal (2009-2010), puis comme indépendant (2010-2013) avant de se joindre à l'Équipe Denis Coderre pour Montréal (2013-2017). La dernière élection s'était jouée par moins de 1400 voix. Le vice-président du conseil exécutif, Harout Chitilian, qui représente actuellement le district de Bordeaux-Cartierville pour l'Équipe Coderre, tentera de lui succéder. Il affrontera la seule conseillère d'opposition dans cet arrondissement, Émilie Thuillier, dont le nom avait déjà circulé comme candidate potentielle à la direction de Projet Montréal. À noter que le conseiller Pierre Desrochers, qui a servi comme président du comité exécutif sous Denis Coderre ces quatre dernières années, ne se représente pas, tandis que l'ex-syndicaliste Lorraine Pagé, qui a quitté le parti Vrai changement pour Montréal après le saut en politique fédérale de Mélanie Joly, tentera d'être réélue, cette fois sous la bannière de l'Équipe Coderre.

La course à la mairie de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce sera peut-être l'une des plus intéressantes à suivre. Car la lutte s'annonce chaude entre le maire sortant Russell Copeman et la candidate de Projet Montréal, Sue Montgomery. Le premier est un ex-député libéral, élu à la tête de l'arrondissement en 2013 sous la bannière de Coalition Montréal, qui a rejoint les rangs de l'Équipe Denis Coderre pour Montréal l'an dernier; la seconde est une ex-journaliste du quotidien The Gazette qui a beaucoup fait parler d'elle en lançant le mot-clé #beenrapedneverreported en 2014. Coalition Montréal, qui vivote depuis le décès de Marcel Côté en 2014, pourrait toutefois jouer les trouble-fête avec son candidat Zaki Ghavitian, ancien président de l'Ordre des ingénieurs du Québec et d'Ingénieurs Canada. Le seul élu restant de la formation, Marvin Rotrand, tentera pour sa part de se faire réélire dans Snowdon. Il siège au conseil municipal depuis 1982.

Seule mairie d'arrondissement remportée par Vrai changement pour Montréal en 2013, L'Île-Bizard-Sainte-Geneviève pourrait basculer d'un côté comme de l'autre. Car quatre ans plus tard, c'est un jeu de chaise musicale qui se profile dans ce secteur de l'Ouest-de-l'Île. Mélanie Joly partie à Ottawa, le maire Normand Marinacci a rejoint Projet Montréal en juin dernier. Deux de ses conseillers ont fait de même : Christian Larocque, qui se représente, et Jean-Dominic Lévesque-René, qui passera son tour cette fois. Seul élu à être resté fidèle à Vrai changement, Stéphane Côté tentera sa chance à la mairie, tandis que l'Équipe Denis Coderre pour Montréal fera confiance au conseiller Éric Dugas, qui a quitté en cours de mandat l'Équipe Richard Bélanger, l'ancien maire de l'arrondissement. La campagne s'annonce musclée, la relation difficile entre M. Dugas et l'équipe de Normand Marinacci ayant fait les manchettes à plusieurs reprises dans les dernières années. Par exemple, lors d'une réunion du conseil, en mai dernier, le conseiller Lévesque-René est sorti de ses gonds en tenant des propos grossiers à l'endroit d'Éric Dugas, qui réclamait avec insistance des rapports qu'on lui refusait depuis plusieurs semaines.

L’étoile du maire de Lachine, Claude Dauphin, brille de moins en moins après quatre mandats; cet ancien président du comité exécutif, qui a siégé pour Union Montréal de 2001 à 2013, a lui-même hésité avant d'annoncer en juin qu'il serait candidat une cinquième fois en novembre prochain. Le scandale des compteurs d'eau lui colle à la peau. Son domicile a d'ailleurs fait l'objet d'une perquisition de l’Unité permanente anticorruption (UPAC) en 2015, mais à ce jour aucune accusation n'a été portée contre lui. Trois de ses quatre conseillers l’ont néanmoins lâché au cours du dernier mandat : Kymberley Simonyik et Jean-François Cloutier ont rejoint l'Équipe Coderre, alors que Maja Vodanovic est passée à Projet Montréal. C'est d'ailleurs sous cette bannière qu'elle brigue maintenant la mairie d'arrondissement. À la tête de l'Équipe Claude Dauphin, le maire sortant faisait presque cavalier seul en 2013, puisque l'Équipe Coderre, Vrai changement et Coalition Montréal n'avaient présenté aucun candidat contre lui. Ce ne sera pas le cas cette année.

La défaite dans Mercier-Hochelaga-Maisonneuve été cruelle en 2013 pour Coalition Montréal, qui avait espoir d'y faire élire plusieurs conseillers, dont l'ex-maire de Montréal Laurent Blanchard, de même que deux conseillers sortants, Lyn Thériault et Gaétan Primeau. Seul élu de Coalition dans l'arrondissement, le maire Réal Ménard a rapidement intégré le comité exécutif de la Ville, l'administration Coderre l'ayant nommé responsable du développement durable, de l'environnement, des grands parcs et des espaces verts. En mars 2017, il a officiellement rejoint les rangs de l'Équipe Denis Coderre pour Montréal, avec qui il tentera de se faire réélire le 5 novembre. Son conseil d'arrondissement, composé de quatre conseillers, est divisé à parts égales entre l'Équipe Coderre et Projet Montréal. Tous se représentent. La construction d'une Cité de la logistique dans le secteur Assomption-Sud-Longue-Pointe dominera-t-il les débats? Le projet est loin de faire consensus et l'Office de consultation publique de Montréal a reçu le mandat de se pencher sur cet épineux dossier.

Le diable est aux vaches dans Outremont! La mairesse Marie Cinq-Mars, aux commandes de cet arrondissement depuis la chute de Stéphane Harbour en 2007, a annoncé l'an dernier qu'elle ne se représentera pas cette année. Et pour cause : elle était seule dans son parti - l'Équipe conservons Outremont - depuis le départ fracassant des conseillères Jacqueline Gremaud et Lucie Cardyn en mai 2014. Mme Cardyn ayant démissionné quelques mois plus tard, elle a été remplacée à l'issue d'une élection complémentaire par la candidate de l'Équipe Denis Coderre pour Montréal, Marie Potvin, qui tente cette fois de se faire élire à la mairie d'arrondissement. Seule élue de Projet Montréal, la conseillère juive hassidique Mindy Pollak se présente à nouveau dans le district de Claude-Ryan. Elle l'avait emporté en 2013 par moins de 200 votes devant le militant Pierre Lacerte, connu pour son opposition à la construction de nouveaux lieux de culte dans l'arrondissement. La conseillère indépendante Céline Forget, qui partage sa préoccupation en ce qui a trait aux synagogues, tentera également de conserver son siège dans le district de Joseph-Beaubien.

La course dans Pierrefonds-Roxboro avait été l'une des plus serrées en 2013. Le candidat de l'Équipe Denis Coderre pour Montréal, Dimitrios (Jim) Beis, avait été élu avec à peine 557 voix de plus que son adversaire de Vrai changement pour Montréal, Karim Metwalli. Les choses ont bien changé depuis. Conseillère de ville dans le district de Bois-de-Liesse, Justine McIntyre a repris les rênes de la formation politique autrefois dirigée par Mélanie Joly en décembre 2015, après l'intérim de Lorraine Pagé. Elle sera candidate à la mairie d'arrondissement, le parti ayant décidé de ne pas présenter de candidat à la mairie de Montréal. Les deux dernières années ont été difficiles pour Mme McIntyre. Non seulement les discussions en vue d'une fusion avec Projet Montréal n'ont pas abouti, mais son équipe de direction a quitté le navire en octobre 2016. Reste à voir comment voteront les sinistrés des crues printanières qui ont lourdement frappé l'arrondissement. Le maire Beis a notamment reconnu que, deux jours avant le début des inondations, des milliers de sacs de sable avaient été éventrés par des cols bleus afin de libérer de l'espace dans le garage municipal.

À première vue, Rosemont-La Petite-Patrie demeure un château fort de Projet Montréal. Avec Le Plateau-Mont-Royal, c'est dans cet arrondissement que la formation fondée par Richard Bergeron a obtenu ses meilleurs résultats en 2013. Or, deux conseillers ont claqué la porte du parti pour se joindre à l'Équipe Denis Coderre pour Montréal : Érika Duchesne et Marc-André Gadoury. Ce dernier se présente maintenant à la mairie d'arrondissement contre François W. Croteau. Denis Coderre a également recruté l'ex-député péquiste Scott McKay, qui tentera de se faire élire dans le district d'Étienne-Desmarteau. Par ailleurs, le conseiller de Projet Montréal Guillaume Lavoie - candidat malheureux à la course à la chefferie du parti remportée par Valérie Plante - a fait savoir cet été qu'il ne briguerait pas un second mandat. Son collègue François Limoges, dont la candidature pour succéder à Richard Bergeron n'avait reçu aucun appui officiel, a quant à lui fait le choix inverse et tentera d'être réélu dans le district de Saint-Édouard.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine