Retour

Il faut parfois patienter 16 mois pour être entendu sur son statut de réfugié

L'arrivée massive de migrants demandant le statut de réfugié au Canada entraîne d'importants délais dans le traitement de leur dossier. Il faut désormais attendre jusqu'à 16 mois pour être entendus par la Commission de l'immigration et du statut de réfugié du Canada (CISR).

Guled Abdi Omar et Abdikhadir Ahmed Omar croyaient ainsi qu'ils auraient la chance de présenter leur cause à devant la CISR jusqu'à ce qu'ils reçoivent un appel de leur avocat pour leur dire que leur audience était reportée. Les deux hommes originaires de la Somalie doivent maintenant attendre de trois à six mois pour demander au gouvernement canadien de leur octroyer le droit de rester au pays.

Après avoir voyagé 400 jours et traversé 15 frontières, ils sont arrivés au Manitoba en juillet avant de présenter une demande de statut de réfugié. Ils sont loin d'être les seuls à être dans l'attente d'une audience qui doit normalement avoir lieu au plus tard 60 jours après le dépôt d'une demande.

Les deux hommes ont récemment obtenu leur permis de travail leur permettant de faire autre chose que d'attendre une date d'audience. Ils disent être reconnaissants et sont heureux de pouvoir gagner de l'argent pour aider leur famille restée en Somalie.

Ils accueillent ce nouveau délai avec philosophie. Ils notent que ce n'est pas grand-chose après tous les obstacles qu'ils ont franchis et tout le chemin parcouru.

Un manque de ressource qui entraîne des retards

La CISR estime que 40 000 personnes vont traverser la frontière et présenter une demande en 2017. Elle a par contre seulement assez de ressources pour traiter 24 000 demandes par année.

La crise s'est amplifiée avec l'arrivée de plus de 8000 migrants au Québec qui sont passés par l'État de New York. La majorité d'entre eux sont des Haïtiens qui appréhendent la fin de leur visa temporaire obtenu aux États-Unis après le tremblement de terre de 2010. Certains ont basé leur décision de partir sur de fausses informations circulant sur Internet.

La CISR a d'ailleurs créé une équipe spéciale temporaire de 17 membres pour traiter les demandes de statut de réfugié de ces personnes. Elle prévoit que cette équipe pourra s'occuper de 1500 dossiers d'ici la fin novembre. Ces demandes sont traitées rapidement en raison de la précarité des installations où se trouvaient ces migrants.

Déjà, 29 000 dossiers étaient en attente de traitement en date du 31 août auxquels s'ajoutent 5000 demandes présentées avant 2012 lorsque le système d'accueil de réfugiés a été modifié. Ce retard dans le traitement de dossier s'est accru d'environ 1400 cas par mois depuis le début de l'année et presque aucun dossier n'est en ce moment entendu dans les délais prévus.

La CISR réclame plus d'argent et de ressource pour faire face à cette hausse soudaine du nombre de demandeurs. Le gouvernement fédéral a dit qu'il allait prendre des mesures pour gérer cette situation, mais ne s'est pas engagé à augmenter les ressources consacrées à la CISR.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine