Tenter de retenir un éternuement explosif peut causer des dommages aux oreilles ou même un anévrisme cérébral, préviennent des médecins britanniques.

Un texte d'Alain Labelle

C’est la saison de la grippe et des médecins britanniques ont un avertissement pour ceux qui voudraient se faire discrets et étouffer un éternuement plutôt que de libérer un « atchoum » bien senti : boucher votre nez et fermer votre bouche au moment d’éternuer n’est pas une bonne idée, et pourrait vous causer des problèmes de santé sérieux.

Le Dr Sudip Das décrit, dans la dernière édition du journal BMJ Case Reports, le cas d’un homme de 34 ans qui s’est présenté à l’urgence de l’hôpital universitaire de Leicester le cou enflé, la voix changée avec des douleurs lors de la déglutition et une sensation de picotement dans le cou.

L’homme a expliqué au personnel qu’il s’était pincé le nez pour contenir un éternuement.

Un examen du cou de l'homme a montré des bulles d'air dans les tissus à l'arrière de la gorge et dans le cou, de la base du crâne jusqu'à la moitié de son dos.

Selon les médecins, cet état indique la présence d'une déchirure à l'arrière de la gorge. La cause est fort probablement la pression accrue exercée par l'éternuement refoulé, qui a entraîné une accumulation d'air dans ses tissus mous.

Le Dr Sudip Das avertit qu'il est dangereux de bloquer les narines et la bouche lors de l'éternuement, notant que même si le déchirement du tissu de la gorge est très rare, ce blocage peut entraîner une rupture du tympan ou même un anévrisme cérébral.

Le patient a été admis à l’hôpital afin de recevoir des antibiotiques par voie intraveineuse pour prévenir une infection. Il a également été nourri à l’aide d’un tube pour aider à la guérison et, une semaine après l’incident, les examens ne montraient aucun signe de bulles d'air.

L’homme a ensuite reçu son congé, et il aura une histoire bien insolite à raconter.

Plus d'articles