En juillet 1967, la ville de Détroit est aux prises avec une série d'émeutes parmi les plus meurtrières de l'histoire américaine. 50 ans plus tard, des résidents de Windsor se souviennent de l'événement.

La tension pesait comme un « nuage lourd » dans les rues de Détroit brûlées par le soleil, quelques heures avant les émeutes, se souvient la résidente de Windsor, Lana Talbot.

Mme Talbot, alors âgée de 21 ans, traverse la frontière pour se rendre à une fête. En marchant dans les rues de Détroit, elle est surprise d’observer des feux et des personnes essayant de vendre des alliances ou des disques. Elle l’ignore à l’époque, mais Détroit commence à s’enflammer.

En se réveillant le lendemain matin à Windsor, elle réalise que Détroit est en proie aux émeutes.

Mme Talbot peut à peine croire à la violence culminant dans cette ville qu’elle visite si souvent.

Comme d’autres habitants de Windsor, elle observe d’épais nuages de fumée s’élevant dans le ciel depuis le bord de la rivière séparant les deux villes.

« Il n’y avait pas seulement des commerces brûlés, mais aussi des rues entières où il ne restait que les fondations des immeubles à appartements », se souvient Walt McCall, qui couvrait les émeutes comme journaliste pour le Windsor Star à l’époque.

M. McCall se souvient des visages sévères de la Garde nationale des États-Unis patrouillant dans les rues, d’une voiture Buick écrasée par un char d’assaut, du bourdonnement incessant des avions dans le ciel, ainsi que d'une base militaire installée dans le parc Grand Circus.

« Les gens de Windsor venaient s’asseoir au parc Dieppe avec leur chaise de jardin pour regarder l’horreur [à Détroit] », se souvient-il.

Bien que la violence ait épargné Windsor, M. McCall croit que les émeutes ont eu un effet négatif sur la célébration du jour de l’émancipation de la ville.

Selon Mme Talbot, le racisme qui a alimenté les émeutes existe encore aujourd’hui des deux côtés de la frontière.

« L’amour, un esprit sain et le respect, opine-t-elle. Avec cela, nous pourrons apprendre davantage et nous serons de meilleures personnes ».

Avec les informations de CBC

Plus d'articles

Commentaires