Retour

Immigration : Legault accuse Couillard de mentir

Le chef de la Coalition avenir Québec est en colère à la suite des propos du premier ministre sur ses positions en matière d'immigration, que Philippe Couillard qualifie de « déplorables » et « rétrogrades ». François Legault l'accuse de déformer ses intentions.

Un texte de Yannick Donahue

Le premier ministre a piqué au vif M. Legault pendant la période de questions à l'Assemblée nationale, mercredi.

« Depuis des années, certains partis politiques, dont la CAQ, font du racolage pour dire aux gens : "Nous, on est contre les étrangers, les immigrants. Si vous votez pour nous, c’est ça qui va arriver" », a lancé Philippe Couillard dans une critique des positions caquistes sur l'immigration.

En point de presse, François Legault s’est défendu d'être contre les immigrants et a rejeté ce qu'il a appelé des « accusations de racisme » de la part de Philippe Couillard. Il estime que celui-ci tient des propos mensongers.

M. Legault a qualifié cette attaque de Philippe Couillard de « sale petite politique ».

« Je pense que quand le premier ministre du Québec orchestre une telle campagne de mensonges, il déshonore sa fonction. En utilisant ce genre de tactique, M. Couillard est en train de salir la fonction de premier ministre et l’image du Québec. Moi, je refuse cette approche d’égouts », a-t-il affirmé.

Un échec

M. Legault considère que la politique québécoise en matière d'immigration est un échec. S'il est porté au pouvoir, il souhaite réduire le nombre de nouveaux arrivants de 50 000 à 40 000 par année pour assurer une bonne intégration.

« La CAQ est pour l’immigration, soyons bien clairs. Mais on est pour une intégration réussie des immigrants. Actuellement, la réalité est que c’est un échec. Il y a un grand pourcentage des immigrants qui ne trouvent pas d’emploi. Ils sont soit sur le chômage, soit qu’ils ont quitté le Québec après cinq ans. Il y a un grand pourcentage des immigrants – les adultes – qui refusent d’apprendre le français, donc c’est un échec », a-t-il déclaré.

Le chef caquiste a dû clarifier son projet de test des valeurs québécoises.

« Nous, ce qu’on dit, c’est que plutôt que d’avoir une signature pour adhérer à des valeurs qui sont essentiellement les valeurs de la Charte québécoise des droits et libertés, nous on voudrait mettre un petit peu plus d’emphase en mettant un test pour s’assurer qu’on envoie un message clair. C’est un message qu’on envoie avec le test des valeurs de dire aux gens : apprenez les valeurs, connaissez-les, sachez bien dans quoi vous vous embarquez quand vous venez au Québec », a-t-il expliqué.

Nationalisme ethnique

La semaine dernière, François Legault s’est fait accuser de pratiquer un « nationalisme ethnique ».

Le ministre des Finances, Carlos Leitao, a déclaré dans le quotidien Montreal Gazette : « Le type de nationalisme que la CAQ propose est, à mon avis, un nationalisme basé sur l’ethnicité. Je n’ai pas peur de le dire, c’est ce que c’est. Ils voient la majorité francophone comme étant assaillie par tous ces étrangers ».

M. Legault y a vu une accusation « grave, hystérique et inacceptable ». Malgré la colère du chef caquiste, le ministre Leitao a refusé de s’excuser.

Plus d'articles