Retour

Incendie funeste à Londres, le bilan passe à 17 morts

L'incendie qui a ravagé une tour d'habitation de logements sociaux – la Grenfell Tower – dans le quartier Kensington, dans l'ouest de Londres, a fait au moins 17 victimes, selon un nouveau bilan.

« Je peux malheureusement confirmer que 17 personnes sont décédées », a annoncé le commandant de la police métropolitaine londonienne.

Et le bilan devrait s'alourdir parce que les pompiers poursuivent leurs recherches dans le but de retrouver les nombreux résidents portés disparus.

« Ce serait un miracle de retrouver des vivants », a déclaré la chef des pompiers Dany Cotton sur la chaîne SkyNews, soulignant que la violence de l'incendie et la chaleur qui s’en dégageait ont laissé peu de chance aux personnes qui n'ont pu échapper au brasier.

Les recherches pourraient prendre des semaines, a précisé Mme Cotton, puisque les pompiers peinent à progresser dans l’immeuble fragilisé par le brasier.

Outre les 17 personnes qui ont perdu la vie, 78 autres ont également été blessées dans l’incendie qui a embrasé la tour de 24 étages et de 120 logements dans la nuit de mardi à mercredi.

Des familles entières n’ont pas donné signe de vie depuis l’incendie. Certains évoquent que des dizaines de personnes sont portées manquantes.

La colère gronde

Bien que la cause du sinistre demeure inconnue, la colère continue de monter parmi les résidents, qui dénoncent des failles dans la gestion de l’immeuble et des risques d’incendie.

Le nouveau revêtement de l’immeuble, entièrement refait l’an dernier, alimente les débats.

Le revêtement contenait une couche de plastique, selon le réseau britannique BBC, ce qui pourrait expliquer la vitesse de propagation des flammes.

Le quotidien Guardian soutient pour sa part qu’il s’agit du même revêtement mis en cause dans un incendie similaire à Melbourne, en Australie, en 2014. L’incendie de Melbourne n’avait toutefois fait aucune victime.

La société Rydon, qui a réalisé les travaux de rénovation de près de 15 millions de dollars, soutient pour sa part qu'elle respecte « tous les contrôles obligatoires en matière de normes incendie et de règles de sécurité ».

L’incendie a donné lieu à des scènes tragiques. Des survivants ont relaté avoir vu des résidents sauter dans le vide pour échapper au brasier. D’autres ont vu des parents jeter leurs enfants par la fenêtre dans l’espoir que quelqu’un au sol les attrape.

Un sinistré survivant de 32 ans, Adi Estu, affirme avoir entendu des habitants de la tour appeler au secours avant de voir, impuissant, la fumée et les flammes envelopper le bâtiment.

Des plaintes répétées

Le président de l’association des résidents de la tour jusqu’en octobre dernier, David Collins, affirme avoir réclamé à la Ville, en vain, une enquête sur la sécurité de la tour. « 90 % des résidents ont signé une pétition fin 2015 se plaignant de la mauvaise gestion de l'entreprise responsable de la maintenance de l'immeuble », a-t-il souligné.

Le nouveau directeur de cabinet de Theresa May et ancien ministre du Logement, Gavin Barwell, est accusé par la presse d’avoir ignoré un rapport vieux de plusieurs années sur le risque d'incendie dans des immeubles tels que la tour Grenfell.

Le chef de l'opposition travailliste Jeremy Corbyn a pour sa part imputé une part de la responsabilité de l’incendie aux mesures d’austérité du gouvernement conservateur. « Si vous privez les autorités locales des financements dont elles ont besoin, c'est le prix à payer », a déclaré M. Corbyn.

Plusieurs survivants ont également dénoncé la consigne qui leur a été donnée, au cours de l’incendie, de rester confinés dans leur appartement. « Si on avait suivi ces conseils, on serait morts », a déclaré Nicky Paramasivan à la BBC.

La première ministre britannique Theresa May, qui s'est rendu sur les lieux de la tragédie, a annoncé la tenue d’une enquête publique sur l’incendie qui a ravagé la tour à logements sociaux de Londres. L’enquête servira à faire la lumière sur les circonstances entourant la tragédie et le rôle des autorités dans le déroulement des événements.

Une « enquête approfondie […] sur cette terrible tragédie » est nécessaire, a indiqué Mme May.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine