Retour

Incendie sur l’île Miscou : les pompiers prévoient une lutte de plusieurs jours

Les pompiers qui luttent d'arrache-pied contre un feu de forêt sur l'île Miscou, au Nouveau-Brunswick, s'attendent à poursuivre leurs efforts pendant plusieurs jours encore.

« Il y a encore du feu. On est encore sur les lieux et on va continuer à être sur les lieux jusqu’à ce que le feu soit éteint. Mais on ne s’attend pas à ce que ce soit éteint dans les prochains jours. Ça, c’est sûr », a déclaré lundi matin la chef des pompiers de Miscou, Marie-Josée Chiasson.

Il a été très difficile au début de protéger les maisons, ajoute-t-elle. Le feu est passé très près.

Suivez ci-dessous l’évolution de la situation avec les messages de nos journalistes sur place :

Le feu dans la plaine, c'est-à-dire dans une tourbière, donne particulièrement du fil à retordre aux pompiers, selon Johnny Stewart, président du DSL de Miscou. « C'est justement pour ça qu'ils ont plus de misère, à cause que c'est la tourbière, la plaine qu'on appelle. C'est ce qu'ils veulent circonscrire. Ils vont agrandir leur champ pour l'attaque », dit-il en entrevue à l'émission radiophonique Le réveil Nouveau-Brunswick, d'ICI Acadie.

Le moment du retour à la maison reste incertain

Vingt-cinq maisons situées le long du chemin de la pointe Wilson ont été évacuées en fin de semaine par mesure de précaution. Les autorités ont fait le point sur la situation avec des persones évacuées, lundi midi, mais elles ne savent pas encore quand ces résidents pourront rentrer chez eux.

« On ne peut pas les faire rentrer tant qu’il y a un danger [...] C’est tannant pour eux autres, mais c’est mieux qu’ils soient en sécurité qu’en danger », explique Marie-Josée Chiasson.

« J'ai parlé à plusieurs personnes qui résident là. Ils sont contents d'avoir sauvé toute leur demeure. Aucune maison n'a passé au feu, même si ç'a passé proche », souligne Johnny Stewart.

Les gens ne peuvent même passer chez eux pour prendre des effets personnels.

L’incendie a entraîné l'intervention en fin de semaine de tous les pompiers bénévoles de Miscou, d'une quarantaine d'agents du ministère des Ressources naturelles du Nouveau-Brunswick et de six avions-citernes. Le ministère dépêche sur les lieux une douzaine d'agents de plus, lundi, selon Johnny Stewart.

Roland Roy, du ministère des Ressources naturelles, donne un aperçu de la stratégie employée. « On concentre nos efforts près des maisons, près des résidences, pour par la suite contourner la tête du feu et revenir boucler la boucle [...] Spécialement quand c’est près des tourbières, près de même, ça peut y aller profondément. Et c’est sec aussi », explique-t-il.

Selon les plus récentes estimations, l'incendie a touché jusqu'à présent de 70 à 80 hectaces, précise M. Roy.

Stephen Beaudin, un résident qui a dû quitter sa maison, a constaté que l’incendie progressait rapidement lorsqu'il s'est déclaré.

« Ç’a assez été vite quand ç’a poigné. C’est sec. C’est parti vite, vite, vite. Je suis retourné à la maison chercher des bottes, une pelle, des tuyaux d’arrosage. Avec les voisins, on a essayé d’éteindre le feu avant que les pompiers arrivent », indique M. Beaudin.

La paroisse Saint-Pierre a offert son aide aux familles évacuées. Des familles ont été logées dans un camping et dans un hôtel de la région. D'autres sont accueillies par des proches.

Avec des informations de François Vigneault, Pierre Philippe LeBlanc et Gabrielle Fahmy

Plus d'articles

Commentaires