Retour

Inde : 28 morts lors de manifestations en soutien au gourou coupable de viol

Au moins 28 personnes ont perdu la vie et plus de 250 ont été blessées vendredi dans les manifestations qui ont éclaté dans le nord de l'Inde après la condamnation pour viol d'un gourou controversé.

La cour a annoncé son verdict après avoir entendu l’appel de Gurmeet Ram Rahim Singh, surnommé le « gourou tape-à-l’œil » en raison de ses habits extravagants et de ses bijoux, dans une affaire qui dure depuis 15 ans.

M. Singh demeurera détenu dans une prison de la ville de Rohtak jusqu’à l’audience qui déterminera sa peine, prévue pour le 28 août.

Le chef spirituel a nié les faits qui lui étaient reprochés, soit d’avoir agressé sexuellement deux femmes lors d’un ashram en 2002,.

Le « gourou tape-à-l’œil » avait appelé ses fidèles à le soutenir pacifiquement, mais, dès la tombée du verdict, des hordes de disciples furieux s’en sont prises aux journalistes, endommageant leurs véhicules et leur équipement.

Deux gares et des édifices gouvernementaux ont aussi été incendiés. La police a utilisé des canons à eau pour tenter de disperser les émeutiers.

Les autorités s’étaient préparées à de tels débordements de la part des dizaines de milliers de fidèles qui s’étaient déplacés pour passer la nuit devant le tribunal, dans l’attente du jugement.

Plus de 15 000 paramilitaires avaient été déployés pour patrouiller dans les rues de la ville, et la connexion Internet avait été interrompue dans tout l’État de Haryana, où se trouve Panchkula.

Des manifestants se sont également attaqués aux policiers dans la ville de Sirsa, où serait situé l’ashram du gourou, selon la police locale.

La secte de M. Singh, Dera Sacha Sauda, soutient regrouper 50 millions de fidèles. De telles organisations sont très populaires en Inde, et il n’est pas rare que leurs chefs disposent d’une armée privée pour assurer leur protection.

Au moment de quitter son ashram pour se rendre en cour vendredi matin, M. Singh était accompagné d’un convoi de 100 véhicules.

Les forces de l’ordre avaient élevé des barricades métalliques, rehaussées de fil barbelé, en bordure des rues principales de la ville. Des hélicoptères surveillaient le secteur des airs.

« Nous sommes préparés à faire face à toute situation, mais nous sommes sûrs que les mesures adéquates ont été mises en place », avait affirmé un responsable de la police.

Les trains qui passent habituellement dans la région avaient été détournés, ce qui a entraîné des retards dans tout le nord de l’Inde, et des écoles avaient été fermées.

Ce n’est pas la première fois qu’une telle affaire entraîne une vague de violences en Inde.

En 2014, six personnes avaient perdu la vie lorsque des fidèles du gourou Rampal s’étaient attaqués aux policiers qui tentaient de procéder à son arrestation, en lien avec une affaire de meurtre.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine