Retour

Industrie aéronautique : une aide financière plus importante que jamais

Contribution remboursable de 372 millions accordée à Bombardier. Subvention de 12 millions octroyée à l'usine GE Aviation de Bromont. Plus que jamais, les gouvernements n'ont pas le choix d'appuyer financièrement l'industrie aéronautique au Canada, car des milliers d'emplois en dépendent. Tour d'horizon.

La PDG de Bell Helicopter Textron, de Mirabel, Cynthia Garneau, présente le dernier né du géant américain Textron : le 505 Jet Ranger X, un appareil de 1,5 million de dollars.

L’entreprise, propriété du géant américain Textron, travaille étroitement avec un fournisseur mexicain qui lui fournit les cabines. La présence de fournisseurs partout dans le monde garantit le succès et la compétitivité de nos produits, dit Cynthia Garneau.

Le gouvernement du Québec a dû rivaliser avec l’État de la Louisiane pour que le 505 Jet Ranger X soit conçu et assemblé à Mirabel. La ministre des Relations internationales, Christine St-Pierre, n’a pas voulu révéler la teneur des discussions avec Bell Helicopter.

À Bromont, la PDG de GE Canada, Elyse Allan, a récemment affirmé que la subvention de 12 millions de dollars du gouvernement du Québec a été le coup de pouce décisif pour que GE y investisse 238 millions. L'usine fabrique des pièces du moteur LEAP, un moteur franco-américain qui équipe notamment des avions Airbus et Boeing.

Le 7 février, le gouvernement fédéral annonçait une contribution remboursable de 372,5 millions de dollars à Bombardier afin de l'aider dans ses activités de recherche et développement des programmes C Series et Global 7000.

« Il n’y a pas un seul pays doté d’une industrie aéronautique importante qui ne soutient pas activement son industrie », affirme le premier ministre du Québec, Philippe Couillard.

D’après un reportage de Jean-Michel Leprince

Plus d'articles

Commentaires