Retour

Inondations au Nouveau-Brunswick : la bataille de ceux qui choisissent de rester

Il a de l'eau jusqu'aux hanches, mais il refuse de quitter sa maison. Tony Polise, 76 ans, se bat contre la montée des eaux et promet qu'il n'abandonnera pas. Et il n'est pas le seul. Des centaines de résidents ont choisi d'ignorer les recommandations des autorités et de rester chez eux.

Un photoreportage de Catherine Allard

Ce sont des inondations historiques et le temps est venu de prendre une décision. Partir ou rester?

Comme la plupart de ses voisins, Tony Polise n’a pas l’intention de s’avouer vaincu.

« Je suis en quelque sorte devenu insensible à la situation », explique le vieil homme, visiblement dépassé par les évènements.

Pendant près de trois décennies, il n’a jamais vu l’eau monter si haut. « J’ai réussi à garder ma maison au sec pendant 28 ans. Pas cette fois », se désole-t-il.

Près d’un mètre d’eau entoure sa maison depuis plusieurs jours. Et ça ne cesse de monter.

Les autorités croient que le pire est à venir. Le niveau de l’eau devrait continuer à augmenter jusqu’à dimanche.

Le septuagénaire peut au moins compter sur l’aide de ses voisins. Ils sont nombreux à venir prêter main-forte à celui que plusieurs qualifient de « meilleur voisin de tous les temps ».

« Nous sommes en mode sauvetage, pour faire ce que nous pouvons pour sauver la maison », dit son voisin Wayne Chamberlain.

Wayne Chamberlain empile les sacs de sable afin de minimiser les dégâts au rez-de-chaussée puisque le sous-sol est déjà complètement inondé.

Malgré le travail acharné de la petite troupe, mère Nature est sans pitié pour les résidents du chemin Westfield et des environs.

Tony Polise est loin d’être le seul résident dans cette fâcheuse situation.

Dans plusieurs quartiers, la municipalité de Saint-Jean demande aux résidents de procéder à une évacuation volontaire.

La municipalité de Saint-Jean a demandé à plus de 2000 personnes de procéder à une évacuation volontaire. Déjà, la montée des eaux a isolé plus de 1400 d'entre eux dans le secteur du chemin Westfield.

Pour l’instant, quelques centaines de personnes évacuées se sont enregistrées auprès de la Croix-Rouge canadienne. Certaines personnes pourraient cependant avoir quitté leur maison, sans le signaler aux autorités.

« Je pense que les autorités font cela pour votre sécurité. Si jamais ils doivent fermer les routes par exemple. Mais moi, je n'ai pas l’intention de tourner le dos à ma maison », explique Tony Polise, en regardant l’étendue d’eau qui se fait de plus en plus menaçante.

« Quand tu es là, tu sais que quelque chose se passe, tu peux faire quelque chose. Mais si tu n’es plus ici, les choses peuvent devenir bien pires », ajoute son voisin Wayne Chamberlain.

Le Nouveau-Brunswick connaît ses pires inondations en près 80 ans.

Les niveaux de l’eau ont atteint un niveau record de 5,4 m vendredi, et ils pourraient atteindre 5,9 m d’ici lundi, selon les prévisions des autorités provinciales.

Plusieurs quartiers de la ville de Saint-Jean sont touchés et des centaines de résidents sont de plus en plus isolés.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L'art d'être le parfait invité