Retour

Inondations : la situation empire dans le sud du N.-B.

Les inondations dans la ville de Saint-Jean se font de plus en plus menaçantes. Le niveau de l'eau continue de monter dans le sud du Nouveau-Brunswick et les vents forts qui s'abattent sur la région n'aident pas la situation. Les autorités estiment de surcroît que le pire est encore à venir.

Depuis bientôt une semaine, la Ville de Saint-Jean presse plus de 2000 riverains de quitter leur domicile de manière volontaire. L’eau ne baisse pas dans la région.

Des bateaux de la Garde côtière canadienne sont arrivés pour prêter main-forte aux sinistrés des inondations.

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Brian Gallant, et le ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, Dominic LeBlanc, se sont rendus à Quispamsis, dans le sud-ouest du Nouveau-Brunswick, pour faire le point sur les efforts déployés.

« Nous avons sept navires qui sont en fonction et sept autres en attente. Nous avons des officiers de pêches qui sont sur le terrain et des hélicoptères », a déclaré M. Leblanc.

Brian Gallant a pour sa part mentionné que la province n'exclut pas la possibilité de faire appel aux Forces armées canadiennes.

« Ce dont nous avons besoin, pour le moment, ce sont des bateaux pour aider les gens isolés à évacuer », a-t-il ajouté.

Westfield coupé du reste du monde

Malgré les multiples recommandations de la Ville, plusieurs riverains refusent de s’avouer vaincus face aux inondations et refusent de quitter leur propriété.

Samedi après-midi, la crue des eaux forcera la fermeture du chemin Westfield.

Cette mesure isolera 1900 résidents s'ils refusent toujours d’évacuer leur domicile, a précisé Dave MacLean, porte-parole de l'Organisation des mesures d'urgence à Saint-Jean.

« Une fois fermé [le chemin Westfield], des barricades seront en place et le trafic ne pourra ni entrer ni quitter le secteur », ont prévenu les autorités dans un communiqué.

Bien décidés à rester

Des centaines de résidents de la région s’entêtent à rester sur les lieux. Vendredi, ils plaçaient des sacs de sable dans l’espoir de mieux protéger leur demeure.

Tony Polise, 76 ans, est l’un d’entre eux.

« Je suis en quelque sorte devenu insensible à la situation, explique l’homme. Ils [les autorités] sont venus nous voir pour nous aviser qu’ils fermeront le chemin. »

Possibilité d'être incapable de secourir

Les niveaux de l’eau ont atteint un record de 5,5 mètres samedi, et ils pourraient atteindre 6 mètres d’ici lundi, selon les prévisions des autorités provinciales.

L'Organisme de gestion des services d’urgence de la Ville de Saint-Jean prévient les résidents qui persistent à demeurer dans leur propriété inondée que les premiers répondants pourraient être dans l’incapacité de les assister s'ils avaient besoin des services d'urgence.

À Saint-Jean, environ 200 évacués se sont inscrits auprès de la Croix-Rouge canadienne. Par ailleurs, certains riverains pourraient avoir quitté leur maison, sans le signaler aux autorités.

L'eau monte à Fredericton

Dans la capitale, le niveau de l'eau a atteint 8,1 mètres samedi.

« À Fredericton, on est loin du retour à la normale, déclare Robert Duguay, directeur des communications au ministère de la Justice et de la Sécurité publique. Il y a des vents violents et des précipitations sont à venir. »

M. Duguay appelle les riverains à quitter les régions à risque.

La Transcanadienne (route 2) entre Fredericton et Moncton est toujours fermée.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Bataille entre un criquet et une guêpe: qui gagnera?





Rabais de la semaine