Retour

Inondations : retour progressif à la normale au Québec, mais certains ne sont pas au bout de leurs peines

Les autorités demeurent aux aguets dans plusieurs régions du Québec, alors que des rivières sont sorties de leur lit, forçant l'évacuation de 75 personnes. À Saint-Michel-des-Saints, dans la région de Lanaudière, quelques rues ont disparu sous plus de 60 centimètres d'eau, ce qui s'accompagne de dégâts importants dans des résidences.

En entrevue sur les ondes de RDI, le maire À Saint-Michel-des-Saints, les services d'urgence ont été dépêchés sur place pour prêter main-forte aux résidents, a inidiqué le maire, Réjean Gouin, en entrevue à RDI Matin. Une trentaine de demeures seraient touchées par les inondations

La rue principale de la ville a également été fermée en raison du débordement de la rivière Matawin. Si le pic de la crue a été atteint vers minuit, dimanche matin, a mentionné M. Gouin, il faudra compter environ une semaine de plus pour que tout revienne à la normale et que les eaux se retirent complètement.

« On n'a pas vu ça depuis 2002 », a encore ajouté le premier magistrat.

Aux yeux du maire, le printemps tardif est en partie à blâmer pour l'ampleur de la catastrophe, les températures froides ayant retardé la fonte des neiges.

La Mauricie et Lanaudière touchées

Toujours dans la région de Lanaudière, on comptait samedi 336 maisons inondées et 276 isolées. Les villes les plus touchées, outre Saint-Michel-des-Saints, sont notamment Mandeville et Saint-Côme.

En Mauricie, le niveau des rivières demeure haut. Quelque 48 maisons se trouveraient inondées et 333 isolées, selon un communiqué de presse publié samedi soir par le ministère de la Sécurité publique.

Mais le lac Saint-Pierre et la rivière du Loup devraient continuer de reculer progressivement.

La situation semble se stabiliser et même s'améliorer à certains endroits, à en croire le directeur régional de la sécurité civile pour la Mauricie et le Centre-du-Québec, Sébastien Doire.

« On va quand même surveiller la situation, parce qu'avec la pluie d'hier, parfois on a des impacts de 24 à 48 heures plus tard », a-t-il expliqué en entrevue téléphonique.

L'Estrie sous surveillance

En Estrie, les autorités observent de près le lac Louise et la rivière Saint-François, qui débordent du côté de la municipalité de Weedon, au nord-est de Sherbrooke.

Toujours selon le communiqué publié samedi soir, plus de 200 résidences sont inondées ou isolées dans ce secteur. De plus, de nombreux sinistrés sont maintenant sans électricité en raison des vents violents qui ont balayé la région dans la nuit de vendredi à samedi.

La ville de Sherbrooke est pour sa part en mode alerte, indique le communiqué.

« Il y a un centre de coordination, la municipalité est sur le terrain avec les conseillers en sécurité civile du ministère de la Sécurité publique pour évaluer la situation et être en contact avec la population pour donner des conseils de sécurité et évacuer au besoin », a précisé Maude Émilie Lapointe au sujet de Weedon.

Là aussi, le niveau de l'eau baisse graduellement, a ajouté Mme Lapointe.

Dans les Laurentides, le communiqué évoque des inondations moyennes causées par la rivière du Nord. La Macaza, Mirabel, Rivière-Rouge et Mont-Tremblant sont les endroits les plus touchés.

Un total de 69 résidences sont inondées dans la région et 45 sont isolées.

Vigilance en Outaouais

Dans l'ouest du Québec, les autorités municipales de Saint-André-Avellin et de Pontiac surveillent attentivement le niveau de la rivière Petite-Nation, celui-ci ayant fortement augmenté ces derniers jours.

Le maire de Saint-André-Avellin, Jean-René Carrière, et la mairesse de Pontiac, Joanne Labadie, ne s'attendent toutefois pas à des dégâts aussi considérables que l'an dernier, et ce malgré le fait que l'on s'attende à ce que le niveau de l'eau « monte encore de 30 à 50 centimètres », a dit Mme Labadie.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Une mère et son fils offrent une danse inoubliable





Rabais de la semaine