Retour

J. Michel Doyon nommé lieutenant-gouverneur du Québec

Le premier ministre Stephen Harper a annoncé mardi la nomination au poste de lieutenant-gouverneur du Québec de l'avocat et historien J. Michel Doyon, qui succède à Pierre Duchesne.

Le nouveau lieutenant-gouverneur devrait entrer en fonction dans quatre à six semaines, soit pour la rentrée parlementaire.

J. Michel Doyon a notamment été bâtonnier du Barreau du Québec, en 2003-2004, puis en 2007-2008. Dans un communiqué, le premier ministre vante sa « vaste expérience en droit des affaires et en arbitrage commercial », acquise essentiellement au cabinet Gagné Letarte, où il a travaillé pendant plus de 30 ans.

Le gouvernement précise que le choix de J. Michel Doyon est le résultat du travail d'un comité consultatif des nominations vice-royales, mis sur pied en 2012.

Le futur lieutenant-gouverneur a présidé le comité du Barreau du Québec sur le thème « Mourir dans la dignité », dans la foulée du projet de loi qui encadrait les soins de fin de vie, adopté par l'Assemblée nationale, en juin 2014. Le Barreau avait appuyé le projet.

Avant sa carrière en droit, M. Doyon a été enseignant au cégep et chargé de cours à l'université.

Il a siégé au conseil d'administration de plusieurs organisations, dont celui de la Société Radio-Canada et de l'Orchestre symphonique de Québec. Il a aussi reçu plusieurs distinctions honorifiques, dont la Médaille du jubilé de diamant de la reine Élisabeth II, en 2012.

La même année, Ottawa l'avait nommé au sein de la Commission de délimitation des circonscriptions électorales fédérales pour le Québec. La province avait gagné trois circonscriptions au terme du processus.

Dans certaines régions, les changements proposés par la Commission avaient suscité une levée de boucliers qui avait permis de conserver certaines des circonscriptions appelées à disparaître, notamment en Mauricie et dans l'Est du Québec.

En janvier 2014, Élections Canada, s'appuyant sur une étude de transposition des votes, estimait que la nouvelle carte électorale fédérale aurait nettement avantagé le Parti conservateur si elle avait été en vigueur aux dernières élections.

Des prédécesseurs montrés du doigt pour leurs dépenses

M. Doyon succédera à Pierre Duchesne, arrivé en poste en 2007, et dont le mandat avait été renouvelé en 2012. Ce dernier avait suscité la controverse en refusant de témoigner devant une commission parlementaire pour justifier ses dépenses, en 2010. Il avait notamment fait graver à son effigie des médailles qu'il avait remises à des citoyens en guise de récompense.

Sa prédécesseure, Lise Thibault, a pour sa part défrayé la chronique pour avoir réclamé injustement des centaines de milliers de dollars aux gouvernements du Canada et du Québec. En décembre 2014, elle a plaidé coupable à six chefs d'accusation d'abus de confiance et de fraude, après avoir toujours nié sa culpabilité.

Plus d'articles

Commentaires