Retour

Jacques Languirand, l'animateur de Par 4 chemins, s'éteint à 86 ans

Animateur de radio et de télévision, dramaturge, écrivain, comédien, journaliste, réalisateur, metteur en scène, professeur et producteur, Jacques Languirand, l'homme aux multiples chapeaux, est mort vendredi, a annoncé sa famille. Il avait 86 ans.

Jacques Languirand était atteint de la maladie d'Alzheimer depuis déjà quelques années.

Dans un communiqué, la famille dit vouloir vivre son deuil en privé. C'est pourquoi elle tiendra une cérémonie intime à laquelle ne seront invités que quelques proches.

Jacques Languirand a pris la barre de l’émission de radio Par 4 chemins à Radio-Canada en 1971, y abordant différents thèmes, allant de l'environnement à la politique en passant par la spiritualité. L'animateur l'a quittée en 2014, après 43 ans, en raison de la maladie qui l’affligeait.

Un homme du risque

Né en 1931, Jacques Languirand part pour Paris à 18 ans. Il veut monter sur les planches, explique sa biographe Aline Apostolska. « Il voulait être comédien, c’était la passion de sa vie. Arrivé à la fin de sa vie, il estimait peu ou prou qu’il avait raté sa vie parce qu’il n’avait pas été suffisamment reconnu pour son théâtre, pas suffisamment reconnu comme comédien… »

Il apprend le métier de chroniqueur culturel et de journaliste. Il revient au Québec à la fin des années 50 et se trouve un emploi à Radio-Canada. On le retrouvera notamment à l'émission de télévision Carrefour, aux côtés de René Lévesque et de Judith Jasmin, et plus tard à l'émission d'affaires publiques Aujourd’hui.

L'ex-animateur radio et télé de Radio-Canada Pierre Maisonneuve parle de son ex-collègue comme d'un homme du risque.

« Il était de toutes les modes. C’était un autodidacte. Il a déjà dit à ses étudiants, à l'Université McGill : "Je suis celui à la fac qui a le moins de diplômes". Il n’en avait pas. Aujourd’hui, on dirait que c’était un décrocheur et je pense que c’est ce qui a fait la force de Jacques Languirand », a-t-il dit en entrevue au Téléjournal Grand Montréal.

Jacques Languirand aura aussi été un auteur prolifique, touchant à tous les genres, du roman à l’essai, des ouvrages de vulgarisation aux pièces de théâtre.

Sa dernière pièce, Faust et les Radicaux libres, bien qu’ignorée par les metteurs en scène du Québec, avait remporté un prix spécial du jury au Concours international de théâtre de la Fondation Onassis à Athènes, en 2001.

En 2016, il avait été visé par des allégations d'inceste envers sa fille. Ces allégations n'ont jamais été prouvées.

Sa biographe Aline Apostolska a dit à ce propos, en entrevue à l'émission Le 15-18 : « Ce dont je peux témoigner, c’est que Jacques Languirand était quelqu’un d’extrêmement lucide de ses propres extrêmes. Il était très spirituel et très matériel. Très sensuel et très éthéré. Très lumineux et très très sombre. C’est ça qui faisait de lui quelqu’un de fascinant, de lucide jusqu’au bout. Très conscient jusqu’à ce qu’il perde la conscience. »

À propos de l'homme, l'auteure de Jacques Languirand : le cinquième chemin évoque un pionnier et un survivant. « C’est un survivant d’une relation épouvantable et innommable avec son père jusqu’à la fin. C’est un survivant d’agressions sexuelles qu’il a connues chez les pères lorsqu’il était adolescent », souligne-t-elle.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards