Retour

Jagmeet Singh profite d'un incident fâcheux pour dénoncer l'islamophobie

Le candidat à la direction du NPD fédéral Jagmeet Singh a expliqué dans un message publié samedi soir sur Twitter sa réaction face à une personne hostile lors d'un rassemblement partisan plus tôt cette semaine, à Brampton, au nord-ouest de Toronto.

Au début de la réunion, une dame visiblement agitée s'est avancée et a abordé le candidat en l'accusant d'être membre des Frères musulmans et en lui demandant « quand la Sharia prendrait fin ».

Calme et composé, M. Singh a d'abord demandé à l'inconnue d'attendre un moment.

Devant son insistance, il a lancé à l'intention de ses partisans: « Nous croyons à l'amour et au courage, nous croyons en un Canada inclusif [...] nous croyons à la construction d'un Canada dont l'économie profite à tous ».

« Nous ne voulons pas être intimidés par la haine », a-t-il ajouté plus tard. « Nous vous accueillons, nous vous aimons et nous vous soutenons. »

L'affaire a fait réagir sur les médias sociaux.

Dans sa réponse publiée sur son compte Twitter (ci-dessous), M. Singh, qui est de religion sikhe, explique qu'il n'a pas voulu répondre simplement à son interlocutrice qu'il n'est pas musulman.

Si détester quelqu'un à cause de sa religion devient acceptable, fait-il valoir, on risque de tolérer aussi la haine fondée sur la race, l'identité et l'orientation sexuelle ou autre.

Le racisme en politique

Selon Erin Tolley, qui enseigne les sciences politiques à l'Université de Toronto, cet incident est un exemple du type de discrimination qui décourage les membres des minorités visibles qui voudraient se lancer en politique.

L'affaire rappelle aussi que, bien que le Canada encourage le multiculturalisme, les opinions racistes continuent de se manifester au pays.

Mme Tolley croit aussi que le calme et l'attitude positive avec lequels Jagmeet Singh a réagi indiquent qu'il a déjà été confronté à des propos racistes.

« Il démontre qu'il n'est pas un homme en colère, qu'il a de l'esprit, dit-elle. Il ne va pas perdre son calme et ça, sur le plan politique, peu importe la situation, c'est perçu comme quelque chose de positif. »

Le professeur de sciences politiques à l'Université McMaster, Peter Graefe croit que cet incident et la façon dont Jagmeet Singh a réagi peut aider la campagne du candidat au poste de chef du NPD.

« Je ne pense pas que c'était quelque chose de planifié, dit-il, mais c'est quelque chose qui sera sans doute bénéfique pour la campagne de M. Singh. Il se fait connaître dans un public large. Et pour les membres du NPD, ils ont une opportunité de voir à quel point M. Singh est capable de gérer de grands effets médiatiques, mais aussi une capacité de répondre au vote raciste. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine