Retour

« Je suis ici pour battre Stephen Harper » - Mulcair

À la traîne dans les sondages, le chef du NPD n'en démord pas : il croit toujours en ses chances d'être élu premier ministre lundi soir et il n'est pas question de commencer à parler de coalition ou de conditions pour qu'il appuie un gouvernement minoritaire.

Lors d'un arrêt à Burnaby, en Colombie-Britannique, où il espère faire des gains aux dépens des conservateurs, Thomas Mulcair a esquivé les questions sur une possible coalition avec les libéraux pour défaire un gouvernement Harper minoritaire.

« Mon travail, et je le dis depuis le premier jour, est de défaire Stephen Harper le 19 octobre et de le remplacer par un gouvernement du NPD. C'est ma priorité. »

Le chef néo-démocrate n'a pas non plus voulu s'avancer sur d'éventuelles conditions que le parti imposera pour appuyer un gouvernement minoritaire. « Il y a beaucoup de choses que je vais faire une fois qu'on va former un gouvernement du NPD lundi », s'est-il contenté de dire.

Thomas Mulcair en a d'ailleurs profité pour s'attaquer une nouvelle fois à son rival libéral Justin Trudeau à propos du départ de son coprésident de campagne, Daniel Gagnier, qui est aussi consultant pour TransCanada, le promoteur du projet Énergie Est.

« Ce que les Québécois ont compris depuis deux jours maintenant, c'est que la même gang qui nous a amené le scandale des commandites est à la porte du Parti libéral. Le loup cherche juste à ce qu'on ouvre la porte de la bergerie. Nous allons nous battre jusqu'à lundi pour s'assurer que la gang du scandale des commandites du Parti libéral ne repasse jamais au pouvoir en formant le premier gouvernement NPD de l'histoire du Canada. »

Il a répété que, pour la première fois en 148 ans, les Canadiens avaient l'opportunité de porter au pouvoir un autre parti que les libéraux ou les conservateurs. « Depuis 148 ans, on nous dit toujours la même chose : vous n'avez pas le choix, vous êtes supposés alterner entre la corruption libérale et la corruption conservatrice. Cette fois, il y a une course à trois. Cette fois, il y a de l'espoir. Cette fois, nous allons porter au pouvoir un gouvernement du NPD. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine