Retour

« Je veux cesser d’exister » : le combat d'une femme pour obtenir l’aide médicale à mourir

Une Québécoise qui doit vivre avec les graves séquelles de la poliomyélite déplore le combat qu'elle doit mener contre Ottawa pour faire valoir son droit d'obtenir l'aide médicale à mourir. Pour Nicole Gladu, le bras de fer juridique dans lequel elle s'est engagée avec le fédéral représente une souffrance de trop.

« Chaque respiration est un effort constant qui m’épuise. Le peu d’énergie que j’ai [sert] à respirer. » Le constat est dur, mais lucide, assure Nicole Gladu.

Dans d’autres circonstances, la septuagénaire aurait pu se compter chanceuse d’avoir survécu à polio contractée durant son enfance. À l’époque, être atteint de ce virus qui attaque le système nerveux, était presque l’équivalent d’une condamnation à mort.

« Je suis sortie de la polio avec un demi-poumon fonctionnel. Les médecins à l’époque disaient que je n’étais pas censée vivre, médicalement parlant », relate Mme Gladu.

Nicole Gladu est pourtant passée au travers non sans de lourdes conséquences sur ses capacités motrices. En 1992 toutefois, elle reçoit un diagnostic de post-poliomyélite. Depuis, son état ne cesse de se détériorer.

« Le syndrome post-polio, c’est les cellules musculaires qui n’ont pas été paralysées par le virus qui doivent surcompenser », explique-t-elle brièvement.

Mme Gladu est cantonnée à un fauteuil roulant et le simple fait de se tenir dedans l’afflige d’une douleur indescriptible.

Avec la décriminalisation de l’aide médicale à mourir (AMM) l’année dernière, Nicole Gladu pensait enfin voir la lumière au bout du tunnel.

Or, la loi actuelle prévoit que l’AMM ne peut être offerte qu’aux gens condamnés à une mort « prochaine ou prévisible ». En d’autres termes, l’AMM ne s’applique qu’aux mourants sans offrir de recours aux personnes souffrant de maladies dégénératives incurables non mortelles.

« Je ne peux pas me contenter d’exister »

Nicole Gladu, pour qui chaque jour qui passe est maintenant un jour de trop, réclame que le gouvernement fédéral applique les dispositions de l’arrêt Carter, un jugement de la Cour suprême rendu en 2015 et à l’origine de la loi sur l’AMM.

L’arrêt Carter a statué que l'aide médicale à mourir devait être accessible aux personnes atteintes d'une maladie grave et irrémédiable, mais aussi à celles qui sont aux prises avec des souffrances intolérables qui ne peuvent pas être soulagées.

Mme Gladu, qui a pris la voie des tribunaux avec un autre patient du nom de Jean Truchon, se désole de voir les moyens employés par Ottawa pour l’empêcher d’obtenir gain de cause.

Ottawa veut faire témoigner 13 experts

Avant même que l'audition de la cause ne s'amorce, Ottawa a demandé à la Cour supérieure la permission de présenter en preuve les témoignages de 13 experts au soutien de sa défense de la loi fédérale, requête que la juge, Christine Baudouin, a commencé à entendre lundi et sur laquelle elle se penchera aussi mercredi.

« C'est tout à fait disproportionné et non pertinent », a affirmé l’avocat de Mme Gladu et de M. Truchon, Me Jean-Pierre Ménard, en marge de l'audience.

L'avocat spécialisé en droit de la santé a précisé qu'il était normal que le gouvernement veuille faire entendre des experts, mais pas un tel nombre. « C'est clair que nos clients n'ont pas les moyens pour payer 13 autres experts », s’insurge-t-il.

L’avocat rappelle que le temps de ses clients est précieux. « Les gens souffrent et souhaitent qu’on trouve une fin », affirme-t-il.

« La souffrance, ça épuise », confirme Nicole Gladu. Elle redoute de voir le processus judiciaire s’éterniser inutilement. Mme Gladu le dit sans détour, elle n’attend plus rien de la vie.

« Maintenant, je ne peux plus faire de projets, tout devient extraordinairement compliqué », insiste-t-elle.

« Je perds de la force, je perds de la préhension fine, je perds tout. Je veux cesser d’exister. [Il y a] une distinction entre vivre et [simplement] exister », conclut-elle.

Plus d'articles