Retour

Jean-Martin Aussant confirmé candidat du PQ dans Pointe-aux-Trembles

Jean-Martin Aussant a devancé Maxime Laporte et représentera le Parti québécois (PQ) aux prochaines élections dans la circonscription montréalaise de Pointe-aux-Trembles, un château fort péquiste convoité par la Coalition avenir Québec.

M. Aussant a reçu l'appui de 64 % des 530 membres du parti de la circonscription, contre son opposant, qui a récolté 36 %.

« Ça fait partie de la joute, c'est ça la démocratie, a déclaré Maxime Laporte après le dévoilement des résultats. Je l'accepte très bien ».

La course a été assez serrée entre les deux candidats vedettes, les électeurs devant choisir entre M. Aussant, 47 ans, ancien député péquiste qui a fondé l’Option nationale en 2011, et M. Laporte, 30 ans, avocat et président de la Société Saint-Jean-Baptiste.

La bénédiction de l’establishment du PQ

Dans cette course à l'investiture, M. Aussant avait reçu l'appui de plusieurs membres éminents du parti, dont la députée sortante de la circonscription Nicole Léger, la vice-chef Véronique Hivon, et 10 membres du bureau du parti dans la circonscription.

M. Aussant a reconnu que l'appui de Mme Léger l'avait beaucoup aidé à remporter la victoire contre M. Laporte.

Nicole Léger s’est pour sa part dite « tellement contente » du choix des membres.

M. Laporte avait de son côté reçu le soutien de l'ancien premier ministre du Québec Bernard Landry, du député et président du Bloc québécois, Mario Beaulieu, et d’un membre du bureau du PQ dans Pointe-aux-Trembles.

« La démocratie a parlé », admet le député du Bloc québécois dans Pointe-de-l’Île, Mario Beaulieu.

Un travail d’équipe

Maxime Laporte s'est rapidement rallié à la décision prise par les membres et a assuré que lui et M. Aussant « travailleront ensemble ».

Il n'a toutefois pas exclu de se présenter dans une autre circonscription.

« Il va y avoir deux bons candidats pour les prochaines élections, estime Bernard Landry, un ici, et l’autre, dans un autre comté ».

Une lutte serrée contre la CAQ

Jean-Martin Aussant a cependant une dure bataille devant lui en vue des élections générales, car la Coalition avenir Québec (CAQ) veut faire sa percée sur l'île de Montréal en passant par cette circonscription. Le parti de François Legault n'a pour l'instant aucun député sur l'île de Montréal.

Pour y arriver, la CAQ a recruté la populaire mairesse de l'arrondissement Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles, Chantal Rouleau.

Membre de l'équipe de l'ancien maire de Montréal Denis Coderre, elle avait résisté en novembre dernier à la vague en faveur de Projet Montréal, le parti de la mairesse actuelle de la métropole, Valérie Plante.

Mais Jean-Martin Aussant assure ne pas être intimidé par son adversaire et est prêt à lancer sa campagne, qu’il compte faire notamment sur la souveraineté.

Un comté historiquement péquiste

La circonscription de Pointe-aux-Trembles est représentée par le Parti québécois depuis sa création, en 1988. Aux élections de 2014, Nicole Léger avait remporté l'élection avec plus de 43 % des voix, contre son rival caquiste Mathieu Binette, qui avait récolté un peu plus de 24 % du vote.

Selon les projections électorales de Qc125, réalisées par Philippe J. Fournier pour L'Actualité, l'élection dans la circonscription de Pointe-aux-Trembles s'annonce très serrée.

Selon ces données, la CAQ serait en avance avec 57 % de chances de victoire, contre 43 % pour le PQ.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Ce chien refuse qu'on le prenne en photo





Rabais de la semaine