Retour

John Furlong remporte sa bataille judiciaire contre la journaliste Laura Robinson

La Cour suprême de la Colombie-Britannique a donné raison à l'ancien président du comité d'organisation des Jeux olympiques de Vancouver (COVAN), John Furlong, dans le procès qui l'oppose à la journaliste Laura Robinson. Celle-ci a rédigé, en 2012, un article accablant sur son passé de professeur.

Dans une décision de 97 pages, la juge Catherine Wedge a estimé que les accusations de diffamation portées par Laura Robinson envers John Furlong n'avaient pas lieu d'être. Selon la juge, ce dernier était « en droit de répondre de la manière dont il l'a fait » aux accusations de la journaliste.

Dans un communiqué, John Furlong s'est dit très heureux de la décision de la Cour suprême provinciale. « Depuis le jour où ce cauchemar a commencé, j'ai toujours su au fond de moi que la vérité éclaterait », a-t-il déclaré avant de remercier ses proches et ses avocats.

L'avocat de Laura Robinson a indiqué à l'hebdomadaire vancouvérois The Georgia Straight qu'il était en train d'étudier la longue décision de justice pour tenter de comprendre ce qui a motivé la juge Wedge. « Il est bien trop tôt pour dire si oui ou non, nous ferons appel », a-t-il réagi.

Une bataille judiciaire intense

Il y a trois ans, Laura Robinson publiait dans le Georgia Straight un article faisant état d'allégations d'agressions physiques envers d'anciens élèves entre la fin des années 1960 et le début des années 1970. John Furlong était à l'époque professeur d'éducation physique dans une école à Burns Lake, en Colombie-Britannique.

Niant catégoriquement ces accusations, John Furlong s'était dit « très déçu que, malgré de nombreux avertissements écrits, la journaliste du Georgia Straight ait démontré un tel manque de rigueur au cours de la recherche en préparation de la rédaction de cet article. »

Il a alors intenté une poursuite juridique pour les dommages à sa réputation contre l'auteure de l'article, qui, selon lui, couvait une vendetta personnelle. Poursuite qu'il a ensuite décidé d'abandonner lorsque les plaintes pour agressions sexuelles en lien avec l'article de Laura Robinson ont été rejetées, tour à tour.

Mais la journaliste avait décidé de maintenir sa propre poursuite contre John Furlong en soutenant qu'il avait attaqué son intégrité journalistique et sa conduite professionnelle.

Plus d'articles

Commentaires