Retour

Juste pour rire lance une formation dans l’Ouest canadien

Le centre culturel francophone de Vancouver a accueilli tout le week-end, dans le cadre des activités des Rendez-vous de la Francophonie, un projet pilote pour apprendre l'écriture comique en français. L'organisme Juste pour rire a spécialement envoyé l'un de ses humoristes montréalais pour animer l'atelier.

Un reportage de Anne-Diandra Louarn

Un bon sens de l'humour ne suffit pas. Faire rire est une science avec laquelle Pierre-Bruno Rivard ne plaisante pas. L'humoriste de Juste pour rire est venu partager ses secrets à Vancouver.

« Le comique a souvent l'air facile, parce que c'est notre travail de te donner l'impression que c'est facile. Mais derrière chaque blague, il y a énormément de travail. La moyenne de bonnes blagues versus mauvaises blagues c'est à peu près 1 sur 10 », confie-t-il.

Comment écrire les prémices, savoir placer « un punch » au bon endroit, quels sont les différents types de procédés comiques, comment s'inspirer de notre quotidien pour y trouver des blagues partout... Autant de sujets auxquels le public ne pense pas, mais qui ont été abordés très sérieusement durant les deux jours de formation.

Former de nouveaux humoristes locaux

À moyen terme, le but de l'atelier est de créer un bassin d'humoristes à Vancouver, mais aussi ailleurs dans l'Ouest et de pouvoir ensuite les intégrer au spectacle Juste pour rire, lorsqu'il s'arrête dans leur ville.

« C'est la première fois qu'on fait ça, c'est un projet pilote, on essaie d'attirer les francophones, les motiver à prendre des cours de stand-up. À Vancouver on a beaucoup de comédiens de théâtre ou de gens formés à la télévision, mais peu dans l'humour, d'ailleurs il y a peu de soirées comiques en français donc on veut stimuler la création ici », explique Pierre-Bruno Rivard.

Selon l'humoriste, l'humour en français a tout à fait sa place dans l'Ouest, même en milieu minoritaire. Il explique que le monde du stand-up en anglais, déjà très populaire, a « défriché le terrain » pour les francophones et que le public a toutes les raisons d'être au rendez-vous.

Explorer et découvrir son style comique

Pour cet atelier pilote à Vancouver, trois cobayes qui - à part leur humour naturellement aiguisé - ne connaissaient rien au stand-up. Parmi eux, le comédien Joey Lespérance qui brûle les planches depuis 25 ans déjà. Mais l'humour, dit-il, c'est une tout autre affaire.

« Ce n'est pas tout à fait ce que je pensais. C'est beaucoup plus technique et théorique. Mais on apprend plein d'outils d'écriture pour trouver notre propre style comique », commente-t-il.

Plus habitué à des rôles sombres ou à incarner de grands personnages au théâtre, le comédien a bien l'intention d'utiliser ses nouvelles connaissances. « J'ai toujours été intéressé par l'humour, j'adore faire des imitations. [...] Après cet atelier, je crois que j'aimerais ça écrire un show d'une heure ! Et puis peut-être y mélanger les deux arts, le théâtre et comédie... »

En attendant, les trois participants ont chacun composé un numéro de cinq minutes que les Vancouvérois pourraient découvrir bientôt au détour d'une soirée d'humour ou dans l'un des prochains spectacles de Juste pour rire.

La troupe fait sa soirée annuelle à Vancouver le 11 mars prochain au York Theater.

Plus d'articles