Retour

Justin Trudeau dans Whitby-Oshawa : le retour d'ascenseur

À deux jours de l'élection partielle de Whitby-Oshawa, la candidate libérale Elizabeth Roy a reçu un appui de taille pour sa campagne : le premier ministre du Canada Justin Trudeau a été accueilli chaleureusement mardi soir dans une salle bondée de partisans à Whitby. Il était accompagné de la première ministre de l'Ontario.

Un texte d'Alex Boissonneault

Kathleen Wynne s'est dite « absolument ravie » par la présence de son homologue fédéral Justin Trudeau. Ce dernier a d'abord remercié les partisans de « l'accueillir avec tant de chaleur et d'enthousiasme. »

Le premier ministre du Canada a vanté l'expérience et le dévouement de Kathleen Wynne ainsi que de son équipe libérale, tout en décrochant quelques flèches à ses adversaires conservateurs. « Ici dans Whitby, vous avez élu à Ottawa la députée Celina Caesar-Chavannes, maintenant vous devez élire Elizabeth Roy », a-t-il lancé. 

Cette visite soulève des questions sur l'enjeu du scrutin pour la formation libérale. Il est rare qu'un premier ministre fédéral participe à une campagne dans une élection non seulement partielle, mais provinciale.

La circonscription de Whitby-Oshawa, un château fort conservateur, était détenue par Christine Elliott depuis 2006. La veuve de l'ancien ministre des Finances au fédéral, Jim Flaherty, a démissionné en août 2015 après avoir été battue par Patrick Brown durant la course à la direction du parti. Elle a depuis été nommée première ombudsman des patients, au ministère de la Santé de l'Ontario.

Faveur rendue

Le politologue Peter Graefe voit dans le passage de M. Trudeau un retour d'ascenseur inespéré pour les troupes libérales. Selon lui, le gouvernement de la première ministre Kathleen Wynne pourrait « trouver un second souffle alors qu'il manque actuellement de momentum ».

Le politologue croit pourtant que l'appui du premier ministre n'est pas sans risques. « Le gouvernement Wynne est là depuis longtemps et il a été beaucoup critiqué », rappelle-t-il. « Sa réputation pourrait entacher celle du gouvernement Trudeau, surtout si Mme Roy devait perdre l'élection partielle. »

Pas de pression pour Elizabeth Roy

La candidate libérale ne croit pas que la participation du premier ministre doive être interprétée comme un retour d'ascenseur ou un signe de désespoir.

Selon elle, la visite de Justin Trudeau « démontre seulement la nouvelle relation de collaboration entre la province et le gouvernement fédéral », dit-elle.

Un test pour Patrick Brown

Les attentes sont aussi grandes du côté conservateur. Le politologue Peter Graefe croit qu'une défaite pour le parti représenterait un sérieux revers pour le nouveau chef de la formation. Patrick Brown a été élu à la tête du parti il y a moins d'un an. Il a défait Christine Elliott, qui avait l'appui du caucus du parti, après avoir passé sept ans comme député d'arrière-ban du Parti conservateur fédéral.

« Whitby-Oshawa appartient aux conservateurs depuis 20 ans... Si la circonscription passe aux libéraux, ça [soulèvera] des questions sur le leadership de M. Brown », affirme le professeur Graefe.

Le candidat conservateur, Lorne Coe, croit qu'avec la venue de Justin Trudeau, ses adversaires tentent de faire diversion.

Les jeux sont faits

La visite de M. Trudeau pourrait avoir un impact, selon Peter Graefe, puisque le premier ministre jouit encore de sa popularité.

Le politologue croit par ailleurs que les chances n'ont jamais été aussi bonnes de l'emporter pour les troupes de Kathleen Wynne. Au niveau fédéral, lors des dernières élections, les libéraux ont ravi la circonscription aux conservateurs.

À la mi-janvier, un sondage réalisé par Mainstreet Research pour le compte de Postmedia donnait une longueur d'avance au candidat du Parti conservateur. Lorne Coe a reçu l'appui de 49 % des 597 électeurs qui ont été consultés. Elizabeth Roy arrivait en deuxième, avec 40 % des intentions de vote.

La candidate néo-démocrate Niki Lundquist avait récolté 8 % des appuis des résidents interrogés.

Plus d'articles