Retour

Justin Trudeau dresse un bilan positif de son séjour à Davos

Justin Trudeau rentre au pays après avoir passé trois jours à Davos, en Suisse. Le premier ministre assure que sa participation au Forum économique mondial a été fructueuse, même s'il n'a annoncé aucune entente avec les investisseurs qu'il a rencontrés durant son séjour.

« Je ne veux pas faire d'annonce maintenant, mais dans les semaines et les mois à venir, il va y avoir plusieurs annonces extrêmement positives », a-t-il assuré en conférence de presse.

Justin Trudeau a vanté l’entente de principe conclue avec 10 pays de la zone Asie-Pacifique, sans les États-Unis, au sujet du Partenariat transpacifique, devenu l'Accord de partenariat transpacifique global et progressiste (PTPGP).

La révision de cet accord de libre-échange, qui vise l'abolition de milliers de barrières tarifaires entre les pays participants, était nécessaire après la décision du président américain Donald Trump de s'en retirer l'an dernier.

La nouvelle mouture de l'entente devrait être signée en mars, mais elle suscite des inquiétudes chez les producteurs laitiers du Canada, puisqu’elle ouvre une nouvelle brèche dans le système de gestion de l’offre.

« On va travailler avec les gens qui ont des inquiétudes pour assurer qu'on avance de la bonne façon », a déclaré Justin Trudeau.

Le premier ministre a aussi fait un nouveau plaidoyer en faveur de l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) pendant que les renégociations autour de cette entente se poursuivent à Montréal.

« Nous travaillons pour assurer que les améliorations que nous apportons à l'ALENA bénéficient aux travailleurs et aux citoyens ordinaires des trois pays », a-t-il soutenu.

Aucun entretien formel n'a toutefois eu lieu avec le président Trump pour discuter de cette épineuse question.

« Quand on est en Europe, je pense que c'est normal qu'on mette la priorité sur l'opportunité de voir des gens qu'on ne voit pas aussi souvent que moi et Donald », a souligné Justin Trudeau.

Donald Trump doit livrer un discours très attendu vendredi à Davos. On s'attend à ce qu'il prononce une allocution à saveur protectionniste, à l'opposé des discours livrés au fil de la semaine par des dirigeants comme Narendra Modi, de l'Inde, Emmanuel Macron, de la France, et Angela Merkel, de l'Allemagne.

Justin Trudeau dit avoir hâte de l'entendre, estimant que la diversité des opinions est une « bonne chose ».

Avec les informations de Fannie Olivier, envoyée spéciale à Davos

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards