Après Bill Clinton et Barack Obama, c'est au tour de Justin Trudeau de se retrouver en une du Rolling Stone. « Pourquoi ne peut-il pas être notre président? », demande, un brin provocateur, le magazine américain à propos du premier ministre canadien.

Le fils de Pierre Elliott Trudeau pose devant un bureau, sans veste, les manches de sa chemise blanche retroussées aux coudes. Pris par Martin Schoeller, le cliché n’est pas sans rappeler la photo officielle du président français Emmanuel Macron, souvent comparé à Justin Trudeau.

Dans l’article lié à la une et publié en ligne, le premier ministre canadien y est surnommé « l’étoile du nord ». Le journaliste Stephen Rodrick fait notamment le parallèle entre les politiques du chef de gouvernement libéral et celles du président américain Donald Trump. Sans surprise, il y souligne les grandes différences en matière de soins de santé, de légalisation de la marijuana et de politiques environnementales.

« Relation de travail constructive » avec Trump

Malgré ces divergences, Justin Trudeau affirme avoir « une relation de travail constructive » avec le résident de la Maison-Blanche. Il ajoute qu’« insulter cet homme ou réagir de manière exagérée et sauter sur tous ses propos avec lesquels nous sommes en désaccord » ne pourrait avoir aucun débouché positif.

En conclusion de son article élogieux, Stephen Rodrick met de l’avant la vision inclusive de Trudeau, en l’opposant, là encore, avec ce qui se passe actuellement aux États-Unis. Il y raconte qu'alors qu'il raccompagnait le premier ministre à sa voiture, il a croisé dans le couloir des enfants brandissant des pancartes où il était inscrit « Espoir » et « Respect ». « Ça aurait été ringard si ça n'avait été si beau », indique-t-il.

Plus d'articles

Commentaires