Retour

Justin Trudeau regrette d'avoir répondu en anglais à une question posée en français à Peterborough

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a écrit une lettre à l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario cette semaine dans laquelle il affirme regretté d'avoir répondu en anglais à une question qui lui avait été posée en français par un citoyen lors d'une assemblée publique.

« En ce qui concerne l'assemblée publique de Peterborough, je tiens à présenter mes sincères regrets : le Canada est un pays bilingue et j'aurais dû répondre aux questions dans la langue dans laquelle elles m'ont été posées », écrit Justin Trudeau, dans une lettre datée du 23 février et adressée au président de l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario (AFO), Carol Jolin.

Le premier ministre ajoute que des Canadiens lui ont d'ailleurs fait part de leurs « préoccupations » à cet égard.

Justin Trudeau s'était arrêté à Peterborough le 9 janvier dernier dans le cadre d'une tournée pour rencontrer les Canadiens lors d'assemblées publiques dans plusieurs communautés du pays.

Dans la lettre, il affirme aussi qu'il demeure engagé pour les droits des communautés de langue officielle en situation minoritaire.

Nous reconnaissons l'importance et le rôle de ces communautés, dont la communauté franco-ontarienne, dans notre société.

Justin Trudeau, premier ministre du Canada

L'AFO qui publie la lettre de Justin Trudeau sur son site internet se dit reconnaissante à la fois des regrets exprimés par ce dernier, mais aussi de son engagement à l’égard des droits des communautés de langue officielle en situation minoritaire.

Sur Twitter, la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) trouve que les médias ont toutefois davantage parlé d'un autre incident survenu quelques jours plus tard lors d'une assemblée publique à Sherbrooke.

Il avait alors été reproché à Justin Trudeau d'avoir répondu en français à une question posée en anglais.

« Le fait que les médias aient beaucoup parlé de l'incident de Sherbrooke, mais très peu de celui de Peterborough montre clairement qu'il existe toujours deux poids, deux mesures dans le traitement des minorités linguistiques au pays », écrit la FCFA.

Le premier ministre a d'ailleurs envoyé une lettre semblable à celle adressée à l'AFO aux représentants de la communauté anglophone au Québec.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Ce garçon se fait prendre par le reste de sa famille!





Rabais de la semaine