Retour

Kenya : des émeutes éclatent après la réélection de Kenyatta

Des émeutes ont éclaté vendredi au Kenya, après que la Commission électorale du pays eut confirmé la réélection du président Uhuru Kenyatta lors d'un scrutin qualifié de « mascarade » par l'opposition.

Les élections étaient « crédibles, justes et pacifiques », a assuré vendredi la Commission électorale après avoir fait des vérifications.

Le chef d’État sortant a obtenu 54,27 % des voix contre 44,74 % pour son rival, Raila Odinga.

Ce résultat est contesté par l’opposition, qui accuse le gouvernement d’avoir truqué le vote.

Avant la divulgation des résultats, l'équipe de Raila Odingo avait toutefois indiqué que, quelle que soit l'issue des vérifications, elle n'aurait pas recours à la justice.

« Pour nous, aller en justice n’est pas une alternative. Nous sommes passés par là dans le passé. À chaque fois qu’une élection a été volée, le peuple kényan s’est levé pour faire en sorte que des changements interviennent », avait expliqué un des leaders principaux de l'opposition, James Orengo.

Violences récurrentes

Dès cette annonce, des scènes de pillage ont été constatées par des journalistes dans un bidonville de Nairobi. À l’ouest, dans la ville de Kisumu, les autorités ont utilisé du gaz lacrymogène pour disperser les opposants.

Dans d'autres villes du pays, ce sont plutôt des cris de joie qui se sont fait entendre.

L'opposition n'a pas émis de commentaire sur la confirmation de l'élection d'Uhuru Kenyatta.

En 2007, les pires violences de l’histoire du pays avaient fait 1100 morts, après que Raila Odinga eut essuyé une deuxième défaite.

Dix ans plus tard, les autorités kényanes craignent le pire. Des centaines de policiers ont été déployés dans les rues de la capitale, Nairobi.

Le président Uhuru Kenyatta a tendu la main à ses opposants, vendredi, et a appelé à la paix.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une crampe musculaire vraiment intense





Rabais de la semaine