Retour

L'aéroport de Heathrow comptera une piste de plus

Le gouvernement britannique a autorisé mardi la construction d'une nouvelle piste à l'aéroport international de Heathrow, à Londres, en dépit des préoccupations soulevées concernant le bruit, la pollution et la démolition de maisons dans les quartiers densément peuplés de l'ouest de la capitale.

Le gouvernement de la première ministre Theresa May a toutefois rejeté d'autres projets d'agrandissement, comme la prolongation d'une piste existante ou l'ajout d'une piste à l'aéroport de Gatwick, au sud de Londres.

« Après des décennies de retard, nous montrons que nous prenons les grandes décisions quand ce sont les bonnes décisions pour la Grande-Bretagne », a déclaré Theresa May au quotidien londonien Evening Standard.

La décision de la première ministre Theresa May, qui intervient au moment où le Royaume-Uni s'apprête à entamer les négociations sur sa sortie de l'Union européenne, a aussitôt été contestée par son ministre des Affaires étrangères, l'eurosceptique Boris Johnson, qui a dit craindre qu'une quatrième piste ne soit ensuite demandée.

« Construire une troisième piste tape directement au milieu des banlieues ouest de la plus grande ville sur Terre et n'est pas la chose à faire », a déclaré Boris Johnson.

La recommandation du gouvernement fera maintenant l'objet d'études et de consultations, notamment en ce qui concerne l'emplacement exact de la nouvelle piste. Un vote du parlement est attendu dans environ un an.

Plusieurs militants qui s'opposaient à ces différents projets ont promis de poursuivre le combat.

La question du bruit, de la pollution et de la démolition de maisons était si épineuse que les politiciens avaient créé une commission indépendante pour se pencher sur le sujet. La décision finale revient toutefois aux parlementaires.

Londres et le sud-est de l'Angleterre ont besoin d'une plus importante capacité aéroportuaire pour répondre à la demande des touristes et des voyageurs d'affaires. Le projet d'agrandissement de Heathrow pourrait coûter jusqu'à 30 milliards de dollars américains.

Heathrow pourrait perdre d'ici 2020 son titre de premier aéroport d'Europe au profit de celui de Paris-Charles de Gaulle, qui compte quatre pistes. Les deux pistes existantes de l'aéroport londonien limitent ses capacités à 480 000 vols par an, contre plus de 600 000 pour certains aéroports européens concurrents.

Plus d'articles