Retour

L’Alberta s’excuse pour la rafle des années 1960

L'Alberta s'est excusée officiellement lundi pour les souffrances subies par des milliers d'Autochtones, retirés de leur famille et éloignés de leur communauté au cours de la rafle des années 1960.

« À vous, les survivants de la rafle des années 60, à vos enfants, à vos parents, à vos communautés, de ma part comme première ministre de l'Alberta, de la part de tous les élus représentant le peuple albertain, et au nom du gouvernement de l'Alberta, nous sommes désolés », a déclaré Rachel Notley, la première ministre de l'Alberta.

Elle s'est entre autres excusée pour tout ce dont les victimes de la rafle ont subi pendant de nombreuses années : les traumatismes, la douleur, la confusion, la frustration ainsi que pour la perte de leur identité et de leur famille.

On estime qu’environ 20 000 enfants autochtones canadiens ont été séparés de leurs parents par les services sociaux et confiés à des familles non autochtones entre les années 1960 et le début des années 1980. La plupart ont été privés de tout contact avec leur culture, leur langue ou leur communauté. Certains ont subi de mauvais traitements.

Les traumatismes de ce déracinement se font toujours sentir aujourd’hui.

Les excuses prononcées lundi devant l'Assemblée législative par la première ministre, Rachel Notley, marquent le terme d'un long processus de consultation sur la meilleure façon de le faire.

« C’est une étape importante pour aider nos communautés à accomplir ce qu'elles ont à faire, pour mettre en place des programmes d’aide et pour faire comprendre la situation au grand public », juge Adam North Peigan, le président de la Société albertaine de la rafle des années 1960.

Le Manitoba a présenté des excuses similaires en 2015, et la Saskatchewan a annoncé qu'elle s'excuserait également.

Le fédéral s’est entendu pour verser 875 millions de dollars aux victimes de la rafle, avec un maximum de 50 000 $ par personne. Les Métis sont exclus de cette entente.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Bataille entre un criquet et une guêpe: qui gagnera?





Rabais de la semaine