Retour

L'ambassade du Canada en Iran pourrait rouvrir selon le résultat des élections fédérales

L'ambassade de l'Iran à Ottawa et celle du Canada à Téhéran sont fermées depuis 2012. Mais le résultat de l'élection fédérale en octobre pourrait changer la situation.

Un reportage de Bahador Zabihiyan

La Grande-Bretagne a rouvert dimanche matin son ambassade à Téhéran, dans le cadre du réchauffement des relations entre l'Iran et les puissances occidentales.

Elle avait fermé ses portes précipitamment en 2011. Des radicaux iraniens avaient alors pénétré dans l'enceinte de la représentation diplomatique.

L'ambassade canadienne à Téhéran, elle, demeure fermée depuis 2012. Le Canada avait demandé à ses diplomates de rentrer au pays et déclaré leurs homologues iraniens à Ottawa persona non grata. Le ministre des Affaires étrangères de l'époque, John Baird, considérait que l'Iran était « la menace la plus importante » à la sécurité mondiale.

Mais l'ambassade canadienne à Téhéran pourrait rouvrir, selon le résultat des élections fédérales en octobre.

Le candidat libéral dans Notre-Dame-de-Grâce-Westmount, Marc Garneau, est favorable à une réouverture, mais avec des conditions préalables.

« Nous avons certains problèmes avec l'Iran, ses droits humains, l'exportation des armes vers des organisations terroristes, mais un premier pas dans la bonne direction serait qu'elle démontre qu'elle respecte ses obligations vis-à-vis du nucléaire », dit M. Garneau.

« Nous avons exprimé par le passé le désir d'éventuellement rouvrir l'ambassade canadienne à Téhéran [...] Par contre, nous croyons que c'est absolument nécessaire que l'Iran démontre une bonne foi », ajoute-t-il.

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) souhaite d'abord y ouvrir un consulat, et éventuellement rouvrir l'ambassade.

« Si notre évaluation montre que nos diplomates seraient en sûreté en Iran, nous allons commencer à y rétablir nos services consulaires. La suite des choses dépendrait des progrès en matière de droits de la personne, de libertés démocratiques et de paix régionale », dit dans une déclaration écrite Paul Dewar, le candidat du NPD pour Ottawa-Centre.

Au Bloc québécois, le candidat Charles Mordret dit que le Canada a un intérêt politique et économique à rouvrir son ambassade.

« L'Iran s'est dit plusieurs fois intéressé à acheter des avions canadiens, il y a là une formidable opportunité pour Bombardier », dit le candidat pour la circonscription de Québec.

« On considère aussi que le Canada doit être présent sur place pour accompagner des entreprises canadiennes qui veulent faire des affaires », ajoute-t-il en précisant que l'Iran doit respecter ses engagements internationaux.

Les conservateurs déclarent qu'ils continueront de juger l'Iran « d'après ses actes, et non d'après ses paroles », sans donner plus de détails. « Nous reconnaissons les efforts déployés par le P5+1 afin de parvenir à un accord », rajoute par courriel le porte-parole de Parti conservateur, Kévin Ménard.

Plus d'articles

Commentaires