Retour

L’Aquarium de Vancouver sous le feu des critiques après la mort de ses deux derniers bélugas

La mort du béluga Aurora, une femelle de 30 ans, à l'Aquarium de Vancouver vendredi soir relance le débat sur le programme de captivité des cétacés.

Deux bélugas en deux semaines sont décédés à l'Aquarium de Vancouver : les bien-aimées Aurora et Qila, mère et fille, sont mortes d'une maladie mystérieuse.

La plus jeune Qila s’est éteinte le 16 novembre, tandis qu’Aurora a résisté deux semaines de plus avant de succomber dans la nuit de vendredi alors qu’elle avait montré quelques progrès dans la journée.

Les deux cétacés souffraient de problèmes gastriques et avaient perdu l'appétit.

« Je sais qu'il y a plusieurs questions sur les deux décès, mais je ne peux avancer d'hypothèses à ce moment-ci », a déclaré le Dr Lance Barrett-Lennard, spécialiste des mammifères marins à l’Aquarium de Vancouver.

Il s’agira du seul commentaire officiel, l’établissement ayant gardé le silence tout au long de la fin de semaine.

Tweets acerbes et manifestation

La seule prise de parole a été observée sur les réseaux sociaux où la direction de l’Aquarium essaie de se défendre face aux critiques sur ses pratiques et son manque de transparence.

Même l’ancienne députée fédérale Libby Davies s’est fendue d’un tweet réprobateur estimant « qu’avoir le cœur brisé ne changent rien au fait que les orques et bélugas sont gardés en captivité depuis des décennies ». Et d’interroger : « Quand cela cessera-t-il enfin? ».

L'aquarium a répondu à certains opposants les en accusant d'intimidation ou en les dirigeant vers différents sites de « vérifications des faits ».

Et ce n'est pas que sur les réseaux sociaux que l'Aquarium est montré du doigt. Une poignée de personnes a également manifesté devant la bâtisse principale samedi. « On aimerait qu’ils arrêtent de garder des animaux en captivité pour le divertissement et qu'ils se concentrent sur le sauvetage seulement », a expliqué David Isbisder, un des manifestants.

Laisser les Vancouvérois décider?

Un scientifique de l’Université de la Colombie-Britannique défend néanmoins l'aquarium : « Leurs programmes permettent d'obtenir de précieuses informations. Les gens pensent que vous pouvez apprendre tout des baleines en les observant dans la nature, c'est faux », souligne Andrew Trites.

D'autres, comme Sarah Kirby-Yung, présidente de la Commission des parcs de Vancouver, affirment qu'il est temps de laisser les Vancouvérois décider. « Je propose que sur les bulletins de vote des prochaines élections municipales, en 2018, nous demandions aux Vancouvérois s'ils souhaitent conserver le programme de captivité des cétacés à l'Aquarium ».

L'Aquarium donnera plus d'explications lors d'une conférence de presse lundi.

D’après un reportage de Michaël Bédard.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu fais une détox de cellulaire?