Retour

L'archidiocèse de Montréal interdira à certains prêtres d'être seuls avec des enfants

Les prêtres ainsi que tous ceux qui se trouvent dans « l'orbite » de l'Église ne pourront se retrouver seuls en présence d'enfants ou d'autres individus vulnérables, a annoncé l'archidiocèse catholique romain de Montréal.

L'objectif est de mettre en place un « filet de sécurité » pour toute personne associée à l'Église catholique à Montréal, a dit le chancelier François Sarrazin en entrevue.
« Imaginez que vous êtes seul dans une salle et qu'un enfant vous accuse de l'avoir battu. Comment voulez-vous réagir », a-t-il demandé.

« Que ce soit vrai ou non, il faut qu'il y ait des témoins. Donc, ne pas être seul avec des personnes vulnérables, c'est une simple prudence humaine », a poursuivi M. Sarrazin, répondant à sa propre question.

La politique de l'archidiocèse sera d'abord d'implanter à l'aide un projet pilote, en septembre, dans un nombre prédéterminé d'églises de la ville.

« Trop peu, trop tard », selon une association de victimes

« C'est trop peu, trop tard », croit le porte-parole d'une association de victimes de sévices commis par des prêtres, Carlo Tarini. Cette politique ne sera, selon lui, qu'une façon pour l'Église de se prémunir contre toute poursuite découlant du scandale d'agressions sexuelles commises par des prêtres contre des mineurs.

« [L'Église] sait que les victimes [de sévices] ont reçu l'aide d'avocats et ont mené des combats réussis en cour. Elles vont pousser pour recevoir des compensations quand de tels cas seront dévoilés publiquement », dit M. Tarini.

L'Église romaine catholique du Québec a été entachée par plusieurs allégations de sévices, comme ailleurs en Amérique du Nord et dans le monde.

Les Clercs de Saint-Viateur, un ordre religieux qui a dirigé une école pour enfants sourds à Montréal, ont récemment fait face à des poursuites après que 150 personnes eurent dit avoir été victimes de sévices lorsqu'elles avaient fréquenté ce pensionnat entre 1940 et 1980.

L'affaire s'est conclue en février par un règlement à l'amiable entre l'ordre et un institut de santé du gouvernement du Québec qui a repris la direction de l'école. Les plaignants ont été dédommagés à hauteur de 30 millions de dollars, soit le montant le plus élevé jamais remis à des victimes de sévices sexuels par des religieux au Québec.

La nouvelle règle ne s'appliquera pas seulement aux prêtres, mais à tous les employés du diocèse, y compris les bénévoles et quiconque se trouve dans « l'orbite » de l'Église catholique, a précisé M. Sarrazin.

Un nouveau bureau chargé de mettre en oeuvre la nouvelle politique sera créé au sein du diocèse de Montréal, a par ailleurs indiqué l'archevêque de Montréal, Christian Lépine, par voie de communiqué.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine