Retour

L’armée syrienne reprend à l'EI la dernière grande ville qu'il détenait en Syrie

Les forces gouvernementales syriennes ont repris jeudi au groupe armé État islamique (EI) la ville de Deir Ezzor dans l'est de la Syrie, dernier grand centre urbain où il était encore présent.

Selon des informations transmises par l'Observatoire syrien des droits de l'homme, un organisme établi à Londres, les armées du président Bachar Al-Assad, appuyées par l'aviation russe, par des milices chiites iraniennes et par le Hezbollah libanais, sont venues à bout de la résistance des djihadistes au terme d’une offensive lancée sur la ville, en septembre dernier.

Les Forces démocratiques syriennes, soutenues par la coalition internationale contre l’EI, dirigée par les États-Unis, avaient aussi lancé une offensive dans la région en septembre à partir de la rive orientale de l’Euphrate.

Le groupe armé État islamique tenait la majorité de la ville depuis 2014 à l'exception d'un secteur où s’était retranchée l'armée syrienne en compagnie de 93 000 civils.

Vendredi, des unités d'ingénierie de l'armée syrienne travaillaient à désamorcer des mines et autres engins explosifs laissés derrière eux par les combattants de l'EI, selon la télévision d'État syrienne.

Deir Ezzor, une ville-clé

Située sur la rive occidentale du fleuve, Deir Ezzor est la capitale de la province du même nom. C’était une position importante pour l’EI en raison de sa proximité relative avec la frontière irakienne, où le groupe armé contrôlait auparavant d’importants territoires.

Les djihadistes de l’État islamique contrôleraient encore environ 35 % de la province ainsi que des territoires de l'autre côté de la frontière irakienne, où les forces gouvernementales mènent elles aussi l'offensive.

L’EI contrôle encore une petite poche dans la province de Hama, dans l'ouest de la Syrie, ainsi qu’une enclave assiégée au sud de Damas, où il combat des groupes d'insurgés syriens.

La prochaine étape de l’armée syrienne dans sa campagne pour reprendre le contrôle du territoire dans la province de Deir Ezzor sera la ville de Boukamal, près de la frontière irakienne, où l’aviation russe a commencé à bombarder des positions de l’EI jeudi, selon l’agence russe RIA.

Selon la coalition internationale antidjihadiste, environ 1500 combattants de l'EI sont encore présents dans cette zone désertique entre l'Irak et la Syrie, qui devrait être le théâtre de la « dernière grande bataille » contre le groupe extrémiste en Irak.

Plus d'articles

Commentaires