Retour

L'arrivée au pouvoir de Trump force la réflexion chez les journalistes québécois

La Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ) tient ce week-end son congrès annuel à Saint-Sauveur. Et l’année aura été remplie de rebondissements médiatiques, avec deux évènements que beaucoup d’entre eux n’ont pas vu venir : le Brexit, et surtout l’arrivée au pouvoir de Donald Trump.

L’heure est à l’examen de conscience, pour tous les journalistes qui ont couvert la campagne, qu’ils soient américains ou canadiens, dit Thierry Giasson, directeur du groupe de recherche en communication politique à l’Université Laval.

Les journalistes québécois, les journalistes canadiens doivent regarder les sources qu’ils ont suivies, le récit qu’ils ont fait de cette campagne. C’est un récit qui mettait beaucoup en avant les failles de Donald Trump et pas mal moins celles d'Hillary Clinton.

Thierry Giasson, directeur du groupe de recherche en communication politique à l’Université Laval

C'est la faute aux sondages, croit Joël-Denis Bellavance, chef de bureau de La Presse à Ottawa. Car si au Canada les sondeurs ont su prévoir l’arrivée de Justin Trudeau au pouvoir en 2015, ils n’ont pas pu en faire autant avec Donald Trump.

Nous, comme médias, on relaye l’information qui nous est fournie par les maisons de sondages. Évidemment, on est aussi peut-être dû pour un examen de conscience dans la façon dont on traite ces sondages, les élections présidentielles et les élections de façon générale.

Joël-Denis Bellavance, chef de bureau de La Presse à Ottawa

La solution est d’envoyer les journalistes plus souvent sur le terrain et moins souvent sur Twitter, croit Michel Cormier, le directeur de l’information de Radio-Canada.

« Je pense qu’il faut s’éloigner un peu du breaking news et mettre plus de ressources dans le journaliste d’enquête, dans la vérification des faits […], dans le journalisme de terrain », dit le patron de la salle des nouvelles du diffuseur public.

Marie-Claude Ducas, journaliste indépendante au Living Lab de Montréal, va plus loin. Elle estime que les reporters sont de moins en moins en phase avec les préoccupations de la population.

« Les journalistes ne s’en rendent pas compte, ils vivent eux-mêmes en vase clos. On reproche à plein de professions d’avoir des attitudes fermées, des attitudes corporatistes. On ne se rend pas compte nous même qu’on fait ça », affirme Mme Ducas.

Problèmes financiers

Les médias d’ici doivent aussi vivre avec des compressions budgétaires et une remise en cause de leur modèle d’affaires par les entreprises de la Silicon Valley, dit M. Bellevance, le chef de bureau de La Presse à Ottawa.

« C’est là où le bât blesse : Google, qui produit très peu de contenu, utilise le contenu des autres et va chercher de la pub. Nous, les médias traditionnels qui produisons des contenus, on souffre puisque la pub n’est plus au rendez-vous », dit M. Bellevance. Pour lui, beaucoup de changements sont encore à venir dans le monde médiatique. « On est au début d’un révolution », conclut-il.

Avec les informations de Louis-Philippe Ouimet

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards