Retour

L'art napolitain de tourner la pizza entre au patrimoine de l'Humanité

L'UNESCO a ajouté à la liste des trésors culturels l'art du pizzaïolo napolitain faisant valser la pâte dans les airs.

Cette pratique culinaire a été reconnue par le comité de l'UNESCO, réuni sur l'île sud-coréenne de Jeju pour examiner 34 demandes d'inscription sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'Humanité.

Les restaurateurs napolitains étaient en liesse, distribuant des pointes de pizza gratuitement pour fêter l'événement jeudi.

Le dossier des défenseurs de l'art de la pizza napolitaine comptait deux millions de signatures de soutien. Il y est dit que ce « savoir-faire culinaire » qui associe « chansons, sourires, technique, spectacle » remonte au XVIe siècle.

Les premières pizzas sont apparues à Naples sous la forme de pains plats recouverts d'un peu de lard. La tomate, découverte en Amérique du Sud chez les Incas, a ensuite été importée en Italie.

Les premières pizzerias sont apparues à la fin du XVIIIe siècle.

L'ancien ministre italien de l'Agriculture et initiateur de la pétition, Alfonso Pecoraro Scano, présent à Jeju, a lancé sur Twitter : « Longue vie à l'art du pizzaïolo napolitain, symbole du produit le plus vendu et consommé sur la planète, la pizza. »

Les Américains arrivent au premier rang des consommateurs de pizza avec 13 kg de pizza par personne et par an. Les Italiens sont les champions d'Europe avec 7,6 kg, devant les Espagnols à 4,3 kg, les Français et les Allemands, à 4,2 kg.

La liste du patrimoine culturel, créée en 2003, compte 365 entrées rassemblant traditions, diverses formes d'art ou des célébrations, comme le flamenco espagnol ou le batik indonésien.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un rottweiler goûte à du citron pour la première fois





Rabais de la semaine