Retour

L'Assemblée nationale adopte à l'unanimité une motion condamnant l'islamophobie 

Les élus de la législature québécoise ont adopté à l'unanimité jeudi une motion déposée par Québec solidaire visant à « condamner l'islamophobie, les appels à la haine et à la violence envers les Québécois de confession musulmane ».

« Ce dont on s'est rendu compte, c'est qu'un certain nombre de gens mêlent tout : djihad, niqab, islam, radicalisation », a plaidé la porte-parole du parti de gauche, Françoise David, en présentant sa motion.

« Ils veulent vivre en paix et rejettent toutes ces formes de conservatisme et de radicalisme », a poursuivi Mme David.

Le Parti libéral, le Parti québécois et la Coalition avenir Québec ont tenté de faire enlever toute notion d'islamophobie du libellé de la motion, mais en vain. Ils souhaitaient un libellé plus inclusif.

« On avait souhaité une portée plus large parce qu'en fait, lorsqu'on a fait la consultation sur la politique publique, il y a beaucoup de gens qui sont victimes d'intolérance », a expliqué la ministre de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion, Kathleen Weil, après avoir remercié Mme David pour son initiative.

« Nous avons, au moment où nous avons reçu cette motion, proposé un amendement pour [...] lui donner une note plus universelle, y intégrer, en fait, toutes les discriminations possibles, toutes les victimes potentielles de racisme », a pour sa part fait valoir le député péquiste Maka Kotto.

Il a dit espéré que la motion « ne soit pas une tactique pour aider un parti, en l'occurrence orange au Québec, embourbé dans cette question de valeurs entourant le port ou non du niqab », et que les députés demeurent « vigilants » face aux causes qui amènent « une frange de la population sur les chemins du racisme et de la xénophobie. »

Nathalie Roy de la Coalition avenir Québec a aussi admis que son parti souhaitait que le terme « islamophobe » soit retiré. « Comprenez-nous bien. Nous dénonçons le fait que des musulmans soient la cible de propos inadmissibles et de violences gratuites. C'est inacceptable au Québec, et tout le monde est d'accord avec ça. »

« Cependant, islamophobe veut aussi dire avoir peur de l'islam », a-t-elle ajouté. « Si cette Assemblée nationale avait vraiment du courage, elle défendrait les oppressés, certes, c'est ce que nous disons, mais elle dénoncerait aussi les oppresseurs, elle dénoncerait aussi l'islamisme radical. »

Appel au calme

Dans une entrevue accordée au Téléjournal mercredi, la porte-parole du parti, Françoise David, avait expliqué que l'objectif de cette motion est de lancer un appel au calme.

« Parce qu'on a perdu notre calme. Parce que dans les médias sociaux, et je pourrais vous en montrer des catalogues, de phrases franchement haineuses, agressives, intolérantes, à l'égard de la communauté musulmane. Parce qu'hier à Montréal, il y a une femme qui a été bousculée et agressée par des jeunes qui voulaient lui arracher son foulard de sur la tête », a dit Mme David.

Elle invite les politiciens à passer à autre chose et à laisser le débat se faire dans un autre contexte que celui d'une campagne électorale.

« Je ne suis pas une pro-niqab, c'est une prison pour les femmes », a-t-elle ajouté en précisant que le 19 octobre « n'est pas un référendum sur le niqab, mais bien un référendum sur les neuf ans de pouvoir d'un gouvernement conservateur antifemmes, antiécologistes, antitravailleurs, antiréfugiés et guerrier. »

« Je n'accepte pas de vivre dans un Québec intolérant. La question du niqab se réglera en Cour suprême, mais la question des rapports entre la majorité au Québec et ses minorités, dont la minorité musulmane, ça doit se régler au Québec en dehors d'une campagne électorale », a-t-elle conclu.

Plus d'articles

Commentaires