Lorsqu'une attaque n'est pas en mesure de marquer le moindre touché dans un match de la Ligue canadienne, vos chances de l'emporter sont plutôt faibles. On en a eu une nouvelle preuve, jeudi soir, au stade Percival-Molson.

Un texte d'Antoine Deshaies

Les Alouettes (2-5) ont vu les Eskimos d'Edmonton (5-2) réussir un placement au dernier jeu de la rencontre pour l'emporter 15-12. Après ce troisième revers de suite, les Montréalais croupissent au dernier rang de la Division est.

« Dire qu'on a perdu le match sur ce dernier jeu serait mentir, a dit sans détour Luc Brodeur-Jourdain. On a perdu le match toute la soirée en attaque. »

« Notre manque de production est devenu un véritable cancer pour l'équipe, a ajouté le joueur de centre. Si tu n'es pas frustré en ce moment, tu n'es pas normal. »

Pour la cinquième fois cette saison, les Alouettes avaient pourtant regagné leur vestiaire à la mi-temps en avance sur leurs rivaux. Et pour la quatrième fois, ils ont quitté le terrain au sifflet final le caquet bas.

Les Oiseaux menaient 12-0 après un quart, grâce à un touché de la défense et deux placements de Boris Bede.

« C'est impensable d'être blanchi de la sorte pendant quatre quarts, a expliqué l'entraîneur-chef Tom Higgins. Je ne trouve rien de positif à dire de notre attaque ce soir. »

« On doit retourner à la planche à dessin et faire nos devoirs », a-t-il renchéri.

Le quart Rakeem Cato a reçu de la visite verte et jaune tout au long de la soirée dans le champ arrière. Il a été victime de huit sacs, un chiffre astronomique.

Cato a complété 14 de ses 22 passes pour 178 verges de gain, et il a subi une interception.

« C'est une défaite difficile à avaler, on doit tous faire mieux en attaque, a affirmé Cato. Ils ont un bon front défensif et ont gagné la guerre ce soir. »

« On a accordé autant de sacs en raison de notre inefficacité en premier essai, a analysé Brodeur-Jourdain. Quand on se retrouve en situation de deuxième essai et long, l'adversaire a le beau jeu parce qu'il sait qu'on lancera le ballon. »

Seul point positif, les Alouettes n'ont jamais été déclassées cette saison. L'écart total des cinq défaites est de 15 points.

Lente remontée des Eskimos

Les Eskimos ont infligé le supplice de la goutte d'eau aux 21 170 amateurs présents à flanc de montagne. Ils ont effectué une remontée lente et méthodique.

Au deuxième quart, Kenny Stafford, qui évoluait avec les Alouettes l'an dernier, a inscrit son cinquième majeur de la saison. Il a capté une passe de trois verges de Jordan Lynch.

La défense a ensuite réussi un touché de sûreté au troisième quart.

Puis, le botteur Grant Shaw, dans une performance typique du football canadien, a réalisé trois simples, avant de réussir son seul placement de la soirée en toute fin de match.

Autre bon départ des Alouettes

La défense a été particulièrement dominante avec quatre revirements en première demie seulement, dont deux interceptions. Le demi de coin Jonathan Hefney a réussi son troisième larcin de la saison. Il était partout sur le terrain.

L'unité défensive montréalaise a d'ailleurs inscrit son premier touché de la saison. Kyler Elsworth a récupéré un ballon échappé pour filer dans la zone des buts en début de match.

La défense des Alouettes devait pourtant se débrouiller sans deux vétérans. Gerald Brown et John Bowman ont en effet été laissés de côté par les entraîneurs.

Bowman, détenteur du record pour les sacs avec 88, manquait un premier match de saison depuis le 12 juin 2012. Son absence n'a pas empêché le front défensif montréalais de réussir quatre sacs.

Michael Sam invisible

L'ailier défensif Michael Sam, blessé, n'était pas en uniforme pour les Alouettes. Il n'était pas non plus sur les lignes de côté durant la rencontre.

Après le match, Tom Higgins a précisé que les joueurs n'étaient pas obligés d'être présents.

Généralement, les joueurs blessés, et ceux laissés de côté, y sont pour montrer leur soutien à l'équipe.

À noter que les Carabins de l'Université de Montréal, champions de la Coupe Vanier, ont été à l'honneur à la mi-temps. Anthony Coady et Jean-Samuel Blanc, en uniforme pour les Alouettes, ont pris le temps de venir saluer leurs anciens coéquipiers au centre du terrain.

Coady et Blanc ont été des rouages importants de la conquête du premier titre national des Bleus avant de faire le saut chez les professionnels. Coady a d'ailleurs disputé son premier match officiel dans la LCF jeudi soir.

Plus d'articles

Commentaires