Retour

L'attitude du candidat conservateur Michel Surprenant montrée du doigt

Le candidat pour le Parti conservateur dans la circonscription de Terrebonne, Michel Surprenant, père de Julie Surprenant, disparue le 16 novembre 1999, a été poussé vers la sortie de sa propre association en raison de son attitude dérangeante, a appris Radio-Canada.

Un texte de Francis Labbé

Officiellement, Michel Surprenant a démissionné de son poste de président de l'Association des familles de personnes assassinées ou disparues (AFPAD) en septembre 2014.

Lors du lancement de sa campagne électorale, Michel Surprenant a fait état de ses années de service au sein de cette Association qu'il a cofondée avec le sénateur Pierre-Hugues Boisvenu.

Selon nos informations, M. Surprenant a fait l'objet d'une proposition de destitution juste avant de démissionner. La proposition visait également deux autres personnes, qui ont elles aussi démissionné.

Dans des documents dont Radio-Canada a obtenu copie, un membre du conseil d'administration déclare que « présentement, il y a des conflits. Les membres du C. A. ne sont pas toujours consultés. »

Un autre membre affirme : « En mars dernier, il [Michel Surprenant] a fait une grosse colère lors d'une réunion. Il a tenu des propos grossiers à l'endroit d'une personne qui a démissionné séance tenante ».

Quelques mois plus tôt, les employés de l'Association avaient menacé de démissionner en bloc en raison de ses manières d'agir.

« Je pèse le mot, c'était vraiment du harcèlement », raconte une femme, sous le couvert de l'anonymat, parce qu'elle craint la réaction de Michel Surprenant. Elle a démissionné du conseil d'administration en raison de son attitude.

« [Il m'a dit] "mange de la marde, va chier ma tabarnak", se souvient-elle. On ne peut pas tolérer un président qui peut être aussi violent. Même verbalement. »

Michel Surprenant a refusé d'accorder une entrevue à Radio-Canada. Mais il a tenu à réagir par courriel. « J'ai défendu le droit des victimes pendant plus de 10 ans. Il était temps pour moi d'aller plus loin [...] et c'est pourquoi je me présente comme candidat conservateur dans Terrebonne », écrit-il.

Bruno Serre, qui était vice-président de l'AFPAD à l'époque, a démissionné en même temps que Michel Surprenant. Il se porte à sa défense. « Quand on est plusieurs personnes autour d'une table, c'est sûr qu'il va y avoir des divergences d'opinions. Que le ton monte, ça peut arriver. Mais qu'il devienne trop colérique, ça se peut que ce soit arrivé, mais je n'ai pas vraiment... c'est très vague. Je ne peux pas vraiment dire qu'il y a eu des grosses colères et que tout a été garroché », dit-il. 

La directrice générale de l'Association, Nancy Roy, insiste pour dire que l'organisme a beaucoup évolué depuis. « Des conflits comme ça, il n'y en aura plus », dit-elle. « Il y a eu la création de comités internes, la création du code d'éthique, la modification des règlements généraux. »

L'entourage politique de Michel Surprenant se serait bien passé de ces révélations, à quelques jours du vote, dans une circonscription où la lutte risque d'être particulièrement serrée lundi soir prochain.

Plus d'articles

Commentaires