Bien des gens regardent le Super Bowl non pas pour le match de football ou le spectacle de la mi-temps, mais plutôt pour regarder les publicités. Et cette année, le contexte politique et social particulier aura une influence sur ce que les téléspectateurs verront à l'écran.

Les entreprises rivalisent à coups de budgets pharaoniques pour produire des publicités truffées de vedettes et qui seront diffusées au coût d'un peu plus de 5 millions de dollars le spot de 30 secondes.

Signe d'un ras-le-bol cette année, la politique semble être absente dans les messages des annonceurs. Les concepteurs ont aussi dû composer avec la vague de dénonciation #MeToo. Alors, oubliez les femmes peu vêtues pour vendre n'importe quoi.

Luc Dupont, professeur au département de communications de l’Université d'Ottawa, explique que les annonceurs vont chercher à toucher votre corde sensible.

« On jouera probablement davantage la carte de l'humour et de la nostalgie, et la beauté de l'humour et de la nostalgie, c'est que généralement tout le monde est content », dit-il.

D’autres entreprises, comme Stella Artois, vont plutôt miser sur la philanthropie.

Ces publicités au Super Bowl pourraient rapporter jusqu'à 500 millions de dollars au diffuseur NBC.

Plus d'articles