Retour

L'avocat qui a défendu la cause Caron reçoit l'Ordre des francophones d’Amérique

L'avocat fransaskois Roger Lepage, connu pour sa défense des droits des francophones en milieu minoritaire, a reçu l'Ordre des francophones d'Amérique à Québec mercredi.

L'honneur est décerné annuellement depuis 1978 par le Conseil supérieur de la langue française à sept Canadiens qui contribuent à l'épanouissement du français.

« J'accepte [l'Ordre] avec humilité parce que vraiment l'honneur retourne à tous ces parents francophones qui ont exigé qu'on fasse respecter l'article 23 de la Charte [canadienne des lois et libertés], qu'on aille chercher nos écoles francophones, et à toutes ces personnes qui ont dit que nos lois devraient être dans les deux langues officielles et nos tribunaux doivent fonctionner dans les deux langues officielles », a déclaré Roger Lepage sur les ondes de Radio-Canada en direct de l'Assemblée nationale du Québec peu après avoir reçu l'Ordre des francophones d'Amérique.

L'Ordre des francophones d'Amérique reconnaît les mérites de personnes qui se sont dédiées ou qui se consacrent au maintien et à l'épanouissement de la langue française en Amérique, ou qui ont accordé leur soutien à l'essor de la vie française sur le continent américain.

Roger Lepage s'est distingué entre autres par sa défense devant la Cour suprême de la cause Caron, une affaire qui pourrait changer le statut linguistique des lois de l'Alberta et de la Saskatchewan.

La cause Caron : une cause historique

La Cour suprême du Canada examine depuis le mois de février une lutte juridique déterminante pour l'avenir des droits des francophones en Saskatchewan et en Alberta, connue sous le nom de la cause Caron. Elle doit décider si la Saskatchewan et l'Alberta avaient le droit constitutionnel de se déclarer unilingues anglophones en 1988 ou si l'histoire les obligeait à rédiger leurs lois dans les deux langues officielles quand les provinces ont été fondées, en 1905.

Me Roger Lepage joue un rôle important dans cette affaire qui pourrait changer le statut linguistique des lois albertaines et saskatchewanaises puisqu'il est un des avocats de Gilles Caron et Pierre Boutet, au cœur de la cause.

Avant de présenter ses arguments devant les juges de la plus haute instance du pays, Roger Lepage a affirmé sur les ondes de Radio-Canada que la décision de la Cour suprême pourrait provoquer « un changement politique, psychologique chez les francophones ». En tant que défenseur ardu de la francophonie hors Québec, il a confié vouloir « créer un espace où les francophones seront des citoyens à part entière ».

L'ACF félicite son « concitoyen »

L'Assemblée communautaire fransaskoise (ACF) est heureuse de l'accession de Roger Lepage à l'Ordre des francophones d'Amérique.

« Nous sommes très fiers et tous honorés avec la reconnaissance de Me Lepage par le Conseil supérieur de la langue française », a déclaré par voie de communiqué la présidente de l'ACF, Françoise Sigur-Cloutier. « Au nom de mes collègues députés et de toute la communauté fransaskoise, j'offre mes plus sincères félicitations à Roger Lepage. C'est un honneur largement mérité par notre concitoyen », a-t-elle ajouté.

Le CEF salue l'artisan « Roger Lepage »

Le Conseil des écoles fransaskoises a salué la remise de l'Ordre des francophones d'Amérique à « l'artisan de la gestion scolaire fransaskoise Roger Lepage ». Dans un communiqué, son président André Denis a tranché que Roger Lepage mérite les « félicitations de tous ceux et celles qui ont bénéficié et continuent de croire à la mise en application du droit à l'éducation en français ici en Saskatchewan, et ailleurs dans les territoires et provinces canadiennes. »

Roger Lepage devient le neuvième Fransaskois à recevoir l'Ordre des francophones d'Amérique.

Plus d'articles

Commentaires