L'hôtel de ville et des bureaux administratifs de Fredericton rouvriront leur porte mardi après une fermeture d'une journée en raison des inondations provoquées par la crue du fleuve Saint-Jean. Pendant ce temps, des riverains plus au sud sont forcés de quitter leur propriété parce que l'eau monte.

Si quelques activités reprennent au Nouveau-Brunswick, d'autres sont toujours paralysées. Le fleuve Saint-Jean est sorti de son lit et continue de faire des dégâts dans la région de Fredericton et au sud de la capitale.

Le palais de justice de Fredericton est fermé pour la semaine. Toute personne qui devait comparaître devant le tribunal provincial doit se présenter au palais de justice de Burton, au sud de Fredericton, ou encore à la faculté de droit de l'Université du Nouveau-Brunswick.

Les réunions de comités du conseil municipal ont été annulées pour la semaine.

Le niveau de l'eau était resté stable en fin de semaine. Mais les précipitations de lundi ont favorisé sa remontée. Il est actuellement stable à près de 8 mètres, soit un mètre et demi de plus que le niveau d'inondation.

Le fleuve Saint-Jean pourrait atteindre 8,3 mètres, un niveau comparable à celui de 2008, la dernière année où Fredericton et des localités plus au sud ont connu des inondations majeures.

Familles déplacées : aide financière incertaine

Au moins 58 riverains de la région de Fredericton ont été forcés de quitter leur maison, selon le ministère de la Sécurité publique.

Au cours des prochains jours, voire des prochaines heures, ce nombre risque d'augmenter tout comme les dommages causés par les inondations.

« Il est trop tôt pour déterminer si une aide financière sera accordée aux propriétaires de maisons et d'entreprises. C'est une situation en constante évolution », a indiqué Geoffrey Downey, porte-parole du ministère de la Justice et de la Sécurité publique.

Le plafond du programme d'aide financière en cas de catastrophe du gouvernement provincial est de 2,2 millions de dollars.

Les gens sont invités à faire l'inventaire des dommages à leur propriété et leur valeur.

Lundi, le premier ministre Brian Gallant n'a pas écarté la possibilité d'indemniser les sinistrés.

« Il y a des seuils qu'il faut atteindre pour qualifier avec le fédéral, donc on demande à tout le monde de comptabiliser les dommages [...] et de communiquer ça avec le gouvernement. Et par la suite, on va savoir si on pourra appliquer sur un programme avec le gouvernement fédéral », a expliqué Brian Gallant.

Loin d'être terminé

Si le niveau du fleuve est actuellement stable à Fredericton, il continue de monter au sud. Lundi, à Saint-Jean, par exemple, il a atteint 4,2 mètres. Le seuil d'avertissement est d'environ 3,8 mètres.

Du côté de Gagetown, les résidents se préparent. Plusieurs ont entouré leur maison de sacs de sable et utilisent des pompes, en espérant que cela suffira à protéger leurs biens.

D'autres ont quitté leur domicile, abandonnant le combat contre la crue des eaux.

Routes fermées à Fredericton

Une quarantaine de routes et de rues sont toujours fermées à Fredericton, alors que le niveau se situe à 8,2 mètres.

Le gouvernement appelle les citoyens à respecter les barrières installées sur les rues. Des amendes de 172,50 $ pourraient être données à ceux qui franchissent les barrières.

La Ville avance que cette crue du fleuve perturbe des services et a d'énormes conséquences. La patience est donc de mise. Selon la Ville, l'effet le plus important sera du côté du réseau des transports, principalement pour entrer ou encore sortir du centre-ville de Fredericton.

« Il ne faut certainement pas s’attendre à des changements majeurs au centre-ville de Fredericton. Il faut que les gens apprennent à composer avec cette mobilité-là, avec beaucoup moins de routes et d’accès », mentionne Robert Duguay, directeur des communications au ministère de la Justice et de la Sécurité publique.

La Ville invite donc les résidents à marcher, à utiliser leur vélo ou encore à faire du covoiturage afin de réduire les embouteillages.

« Ce n’est pas facile parce que ce sont des habitudes qu’il faut soudainement changer, admet Robert Duguay. Mais si les gens peuvent contribuer, ça va aider de manière incroyable. »

Les transports en commun sont gratuits mardi à Fredericton.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les régimes: 10 mythes tenaces