L'une des plus grosses cohortes de nouveaux députés fait son entrée à Ottawa. Après l'euphorie de la victoire, ils font maintenant face à de lourdes responsabilités. Tous ces nouveaux venus doivent devenir à l'aise dans leurs nouvelles fonctions en très peu de temps, mais heureusement ils ont de l'aide pour arriver à s'organiser rapidement.

Un texte de Mylène Crête

Ils mettent les pieds pour la première fois au Parlement en tant que députés et déjà leur horaire est bien rempli. Visite guidée, session d'orientation, assermentation et réunions : le poids de leurs responsabilités les rattrape rapidement.

« Le volume d'information est vraiment extraordinaire et absorber toute cette info-là est un vrai défi », souligne le greffier par intérim de la Chambre des communes, Marc Bosc, qui compare l'arrivée des nouveaux députés aux premières journées d'école.

Marc Bosc est responsable d'accueillir les 197 nouveaux députés élus le 19 octobre. Une cohorte impressionnante puisqu'il faut remonter à 1993, l'année où le Bloc québécois et le Parti réformiste ont fait leur entrée au Parlement, pour trouver un groupe aussi nombreux.

Il a commencé à préparer l'arrivée de ces nouveaux élus des mois avant la tenue du scrutin. Rien n'est laissé au hasard.

« Nous sommes toujours là pour aider, explique-t-il. Il y a plein de fonctionnaires habilités à fournir des conseils au jour le jour et à n'importe quelle heure s'il le faut. Notre objectif est de faciliter la vie des députés, d'assurer leur transition dans cette vie-là pour qu'elle soit aussi aisée que possible. »

Les députés retournent à l'école

8 h, jeudi matin. Les nouveaux élus arrivent dans l'édifice Sir John A. Macdonald situé tout près du parlement. Ils sont conviés dans une grande salle nouvellement rénovée pour leur session d'orientation.

Un peu nerveux, certains semblent chercher leur chemin dans le hall d'entrée avant de voir la table d'accueil et d'aller y chercher le carton qui porte leur nom.

François-Philippe Champagne est l'un des 197 invités. Le député libéral de Saint-Maurice-Champlain serre la main de ses nouveaux collègues et se présente à ceux qu'il ne connaît pas encore. « Je me sens fébrile parce que c'est un énorme privilège », dit-il.

Durant trois heures, ils apprendront tout ce qu'il y a à savoir sur la vie de député : le fonctionnement du Parlement, l'installation de leur bureau, leur déménagement dans la capitale nationale... Tous ont reçu une tablette électronique contenant une mine d'information. Un outil pratique pour leurs nombreux déplacements.

« Je suis très étonnée, remarque Karine Trudel, la députée néo-démocrate de Jonquière. L'encadrement que nous avons est vraiment incroyable parce que nous sommes aussi encadrés pour les ressources humaines. Par exemple, savoir comment embaucher des employés parce qu'on devient employeur au bureau de circonscription. »

Il faut dire que le temps presse. Ces députés n'ont qu'un mois pour s'installer et se familiariser avec leur nouvel environnement avant le premier débat en Chambre. Le premier discours du Trône du gouvernement Trudeau sera livré le 4 décembre par le gouverneur général.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine