Retour

L'effet Airbus sur la C Series se fait déjà sentir, selon Alain Bellemare

Le président et chef de la direction de Bombardier, Alain Bellemare, et son homologue d'Airbus, Thomas Enders, de passage à Montréal, ont tenu à réitérer leur conviction que l'entente qui fait d'Airbus le partenaire majoritaire dans la C Series sera profitable tant pour Bombardier que pour l'industrie aéronautique au pays.

Lors d'un déjeuner-discussion organisé par la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, le président de Bombardier, Alain Bellemare, a souligné que la puissance commerciale d'Airbus, son vaste réseau de fournisseurs et son expertise en matière d'assemblage feront augmenter de façon importante la valeur des investissements qui ont été faits pour développer la C Series.

Conscient des inquiétudes que crée au Québec et au Canada la prise de contrôle du fleuron de Bombardier par une multinationale étrangère, le président d'Airbus a de son côté tenu à rassurer l'auditoire de gens d'affaires. Il a expliqué qu'en s'alliant à Bombardier, Airbus a aussi choisi le Canada, et particulièrement Montréal, pour assurer le développement du programme de la C Series.

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, s'est adressé aux médias après avoir rencontré les employés de Bombardier à Mirabel.

« On sait que les clients sont rassurés quant à la survie du programme et de l’entreprise et lorsque M. Enders parle de 50 % du marché des avions de cette catégorie-là, je pense qu’on peut regarder ça avec beaucoup de confiance, a-t-il déclaré. C’est un geste majeur dans l’industrie mondiale [de l’aéronautique], qui vient d’être profondément modifiée par la transaction qui a eu lieu. On en a pour des années à en voir les impacts. »

« Nous n'enlèverons rien », Thomas Enders

« Montréal est l’une des trois ou quatre villes les plus importantes dans le monde pour l’aviation, nous le savons, nous connaissons le Canada, nous y avons des milliers d’employés, nous avons des relations avec les universités », a expliqué Thomas Enders.

Soulignant que le modèle européen d'Airbus intègre le savoir-faire de grands pays comme la France, le Royaume-Uni ou l'Espagne, Thomas Enders a déclaré : « Avec nos autres partenaires en Europe, nous avons une tradition de coopération où chaque pays apporte sa contribution, nous comprenons totalement cela. »

Questionné par les journalistes sur la possibilité prévue dans le contrat qu'Airbus puisse faire l'acquisition de 100 % de la C Series à partir de 2025, Thomas Enders a nié que son entreprise ait une telle volonté pour le moment.

Contredisant une déclaration faite plus tôt cette semaine à un journal de Seattle par le vice-président aux communications, Rainer Ohler, voulant qu'Airbus prévoie prendre le contrôle de 100 % de la C Series, Thomas Enders a déclaré : « Nous n'avons pas l'intention de racheter les autres parce que nous savons qu'ils sont de bons partenaires. S'ils veulent demeurer dans l’aventure pour l'avenir, ils sont les bienvenus ».

Pourtant plus tôt en entrevue à Gravel le matin, Fabrice Brégier, président d'Airbus commercial Aircraft, a affirmé qu'une éventuelle prise de contrôle de toute la C Series par Airbus à partir de 2025, comme le prévoit l’entente, était l’intention d’Airbus.

« C’est évidemment l’intention d’avoir le C Series comme un avion complètement dans la gamme Airbus […] Les possibilités avec Bombardier sont claires à cet effet », a-t-il dit.

Le siège social restera au Québec, assure Thomas Enders

En ce qui a trait au maintien du siège social de Bombardier au Québec, Thomas Enders a été clair : « Le siège social d’ici est dédié à la C Series. Nous en avons besoin. Nous avons besoin de l’ingénierie et du savoir-faire au niveau des chaînes de montage [de la C Series] alors personne ne doit être effrayé, rien ne sera enlevé ici non plus. »

« Et cette chaîne de montage [au Québec] sera prioritaire. Oui, nous allons en avoir une autre en Alabama, mais cela va stabiliser et renforcer l’industrie d’ici, parce que nous avons besoin d’alliés aux États-Unis. », a ajouté le grand patron d'Airbus.

Lundi dernier, le constructeur québécois Bombardier, aux prises avec d’importants problèmes de commercialisation de ses avions C Series, notamment aux États-Unis, a cédé au géant européen une participation majoritaire de 50,1 % dans la société en commandite C Series.

Bombardier conserve pour sa part 31 % de la C Series, tandis que le gouvernement du Québec, qui a investi 1 milliard de dollars américains dans l’aventure, détiendra les 19 % restants.

La transaction, dont la conclusion est prévue au milieu de 2018, doit obtenir le feu vert des autorités réglementaires dans quelques pays, dont le Canada.

Les détracteurs doivent comprendre la nature de la transaction, selon Alain Bellemare

Le fait qu’Airbus ait mis la main sur une participation majoritaire dans la C Series sans devoir dépenser d’argent a soulevé de nombreuses critiques au Québec, notamment dans les rangs de l’opposition qui rappelle que Bombardier a bénéficié d’importants investissements publics.

« Je pense que c’est ne pas bien comprendre la nature de la transaction. […] Ils [Airbus] ont un réseau de contacts avec à peu près toutes les compagnies aériennes à travers le monde et, en soi, ça va nous permettre d’accélérer la vente d’avions, de garnir notre carnet de commandes et de créer beaucoup plus de valeur et du volume. », explique le président de Bombardier, Alain Bellemare.

Pour sa part, Philippe Couillard a réitéré que son gouvernement avait eu raison d’investir 1,3 milliard de dollars dans la C Series en 2015. « On a posé le bon geste au bon moment, a déclaré le premier ministre Couillard. […] On a littéralement sauvé le programme, mais également à travers le programme tout le secteur aéronautique et ses travailleurs à Montréal. »

« Si on n’avait pas fait ça en 2015 [...] on ne serait pas ici, parce qu’aujourd’hui il n’y aurait pas de Bombardier aéronautique, a-t-il poursuivi. Il n’y aurait pas de C Series et toute la grappe aéronautique de Montréal serait en lambeaux. On serait encore en train de la réparer. »

Il a également dû défendre la transaction qui a permis au géant européen de mettre la main sur 50,1 % des actions du programme C Series, en devenant ainsi l'actionnaire majoritaire. « Pour Airbus, il était important de devenir l’actionnaire majoritaire, a-t-il indiqué. Nous, on n’a pas d’objection à ça. »

« Le gouvernement est un agent économique, comme l’a bien dit M. Bellemare, qui est venu faire le pont entre les énormes difficultés que vivait Bombardier à l’époque et ce jour, aujourd’hui, où on a un partenariat qui va résonner dans le monde entier », a conclu M. Couillard.

Des ventes et de la crédibilité

Interrogé sur les ondes de l'émission Gravel le matin sur cette prise de contrôle de la C Series par Airbus plus tôt ce matin, son directeur général, Fabrice Brégier, a rappelé les enjeux qui ont conduit à cette transaction.

« La réalité, a dit le directeur exécutif d’Airbus, c’est que cet avion a du mal à se vendre parce qu’il y a une situation concurrentielle forte et un manque de crédibilité sur la scène internationale. Et c’est ce qu’Airbus apporte immédiatement. »

Pour ce qui est de l’avenir des emplois chez Bombardier et chez les sous-traitants de la C Series, le directeur exécutif d’Airbus se montre très optimiste en soulignant que l’augmentation annoncée des ventes est le meilleur gage qu’ils puissent obtenir.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine